Loiret Agricole et Rural 29 juillet 2014 à 08h00 | Par Olivier JOLY

MASCHIO-GASPARDO vise un chiffre d'affaires de 50.000.000 EUR

Le constructeur italien axe son développement sur la croissance externe : une stratégie de conquête du marché français.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
MASCHIO-GASPARDO élargit sa gamme et l?adapte au marché français. © Loiret agricole et rural Une trémie frontale avec tasse-avant. © Loiret agricole et rural Le semoir monograine de précision : l?un des produits phares de la marque. © Loiret agricole et rural MASCHIO-GASPARDO, dont la filiale française se trouve à la Ferté-Saint-Aubin, est spécialisé dans trois domaines d'activité : travail du sol, pulvérisation et fenaison. © Photo MASCHIO-GASPARDO Une épareuse modèle Camilla. © Loiret agricole et rural Un combiné de semis modèle Corona. © Loiret agricole et rural

En 2013, la filiale française de MASCHIO-GASPARDO a réalisé un chiffre d'affaires de vingt-cinq millions d'euros, soit huit de plus que l'année précédente. « Notre objectif est de parvenir à cinquante millions d'euros d'ici deux ou trois ans » déclare un responsable commercial de l'entité. Le groupe italien met en oeuvre une stratégie de croissance externe : « Le marché français est l'un des meilleurs d'Europe et, pour y jouer un rôle significatif à l'avenir, il faudra avoir une représentation minimale. Être seul avec des pulvérisateurs, c'est risqué, alors que des usines existent. »

En deux ans, le constructeur transalpin a procédé à trois acquisitions majeures. La première concerne Unigreen, qui fabrique des pulvérisateurs : «  La démarche consiste à rentrer sur le marché avec des produits existants et déjà un peu présents en France. » Deuxième acquisition, Feraboli, spécialisé dans la fenaison : « Une activité que nous avions mais qui ne répondait pas forcément au marché français. Là, nous étoffons notre gamme de produits. » L'opération revêt aussi un sens stratégique particulier : « En dehors du matériel motorisé, nous voulons faire le tour du matériel utilisé par les agriculteurs : préparation du sol, fertilisation et pulvérisation. »

La dernière opération, qui s'est concrétisée il y a quelques mois, concerne Moro, qui fabrique des charrues et des outils pour le travail du sol : « Nous élargissons notre gamme avec des machines plus spécifiques : labour, vigne, etc. » La gamme se compose de charrues six corps portées, de charrues traînées et de charrues repliables. « Ces dernières sont adaptées aux petites régions : on limite le porte-à-faux et donc l'obligation de posséder de gros tracteurs. »

Toujours en phase de croissance

En feuilletant le catalogue du groupe, on trouve des pulvérisateurs Unigreen, du trainé trente-six mètres avec une capacité de six mille litres au petit porté de douze mètres et une capacité de six cents ou huit cents litres. La gamme se compose également d'automoteurs (2.000, 3.000 et 4.000 litres) ainsi que d'atomiseurs pour l'arboriculture et la vigne. « Il y a une évolution de nos produits pour le marché français : on exprime nos besoins et Unigreen conçoit. Le pulvérisateur est l'outil le plus important sur une exploitation : les intrants coûtant cher, les agriculteurs veulent la plus grande précision possible. Il y a la pulvérisation et la gestion de celle-ci : la géolocalisation. Nos machines doivent être compatibles avec l'avenir et la demande : nous passons par un boitier standard : Isobus. »

Pour les charrues, après avoir racheté Moro, MASCHIO-GASPARDO se prépare à développer sa nouvelle marque : la gamme sera présentée lors de prochains salons. On nous annonce « des constructions avec des têtes robustes ». La direction commerciale de la filiale française du groupe italien ajoute : « Nos engins disposeront de toutes les grandes technicités : châssis, pièces en mouvement, des soudures en moins, évitant l'usure. » Notons également des charrues repliables, « ce qui fait moins porte-à-faux ».

Pour le déchaumage, on trouve des produits à dents ou à disques, des décompacteurs d'une largeur de travail de six mètres ainsi que des herses rotatives en six et huit mètres. Quant aux semoirs à céréales, la marque transalpine développe le travail simplifié. Une orientation illustrée par le Corona et le Contessa, du matériel de semis combinés.

Quid de la conjoncture ? « Nous subissons la même situation que les autres constructeurs mais nous continuons à prendre des parts de marché là où nous étions faibles et où nous avions peu de nouveaux produits : globalement, à ce jour, nous ne constatons pas de baisse du nombre de machines vendues. Nous sommes toujours en phase de croissance. »

Les chiffres-clés du groupe

- 350.000.000 EUR de chiffre d'affaires.

- 2.000 salariés.

- 16 sites de production : Italie, Chine, Inde et Roumanie.

- 13 filiales commerciales, dont une en France.

La filiale française en un coup d'oeil

- Localisation : la Ferté-Saint-Aubin.

- Chiffre d'affaires 2013 : 25.000.000 EUR. 17.000.000 EUR en 2012.

- Effectifs : une quarantaine de salariés.

- Réseau commercial : quatre-vingt-dix concessionnaires.

- Domaines d'activité : travail du sol, pulvérisation et fenaison.

- Principales ventes en 2013 : 370 broyeurs, 130 déchaumeurs et 40 semoirs à céréales.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui