Loiret Agricole et Rural 28 novembre 2013 à 08h00 | Par Olivier JOLY

Vegepolys. - 1.200.000 EUR d'innovations en région Centre

En deux ans, l'antenne régionale du pôle de compétitivité dédié aux cultures spécialisées a vu les projets émerger : bilan d'étape et perspectives.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite, Gino Boismorin, Nicolas Maniez, chargé de mission pour la région Centre, Xavier Lavedeau et Philippe Bardon.
De gauche à droite, Gino Boismorin, Nicolas Maniez, chargé de mission pour la région Centre, Xavier Lavedeau et Philippe Bardon. - © Loiret agricole et rural

Labellisé en 2005, Vegepolys, pôle de compétitivité dédié aux cultures spécialisées, a vu le jour en Anjou et s'étend sur les régions Pays-de-Loire et Centre. À court terme, la Bretagne pourrait venir élargir ce périmètre. En huit ans, deux cents projets d'innovation ont été mis en oeuvre pour un montant de cent millions d'euros, les financements publics (État et Régions) représentant 40 % de cette somme.

L'antenne régionale existe depuis 2011 et compte quarante-cinq adhérents (400 à l'échelle du pôle) : entreprises, établissements de recherche, centres de formations, etc. Le Conseil régional, la chambre régionale d'agriculture, la chambre d'agriculture du Loiret ainsi que le Crédit agricole en sont les piliers. Un club qu'ont vocation à rejoindre les chambres d'agriculture du Loir-et-Cher et de l'Indre-et-Loire afin de constituer un axe ligérien. En deux ans, six projets innovants ont vu le jour pour un total de 1.200.000 EUR, dont 400.000 EUR provenant du Conseil régional.

Un taux de croissance de 10 %

« Notre objectif consiste à devenir un pôle de référence mondiale pour les productions végétales » explique Gino Boismorin, directeur de Vegepolys. Pour cela, la structure travaille dans deux directions : « Des productions moins consommatrices en intrants et la différenciation végétale afin d'accéder au marché. » La troisième phase « stratégique d'innovation » du pôle de compétitivité repose sur plusieurs axes : « L'accompagnement à la création variétale, la protection de la plante et la contribution du végétal au cadre de vie. » Le directeur de Vegepolys parle de « fertilisation croisée intersectorielle ». Exemple : la géolocalisation des parcelles. « Grâce à des technologies issues de l'aéronautique, on peut faire avancer le secteur agricole. »

En trois ans, les entreprises faisant partie de Vegepolys ont atteint un taux de croissance de 10 % : un chiffre nettement supérieur aux autres entreprises. « La marque d'une démarche globale d'innovation qui n'est pas liée qu'au pôle » précise Gino Boismorin. Alors qu'il y a 35 % d'horticulteurs, augmenter le nombre d'adhérents est une priorité : « Plus les entreprises seront nombreuses, plus on aura de chances de voir se développer le flux de projets. » D'ici peu, un projet mobilisant deux pôles de compétitivité et portant sur de la fertilisation croisée pourrait voir le jour.

Une innovation par les services

« Le design est important pour notre secteur d'activité » indique Xavier Lavedeau. Ce pépiniériste de Saint-Denis-en-Val a mis en place un système de photographie sur l'étiquette des plantes. La CAAHMRO fait également partie du pôle de compétitivité. Commentaire de Philippe Bardon, le directeur de la coopérative : « Nous sommes le creuset amont des filières spécialisées : il était naturel de rejoindre Vegepolys. Plus il y a de verticalité et de transversalité, plus il y a d'innovation. » Le dirigeant de l'entreprise de Saint-Cyr-en-Val accompagne la cellule veille et prospective de Vegepolys : « Si on ne sait pas où on va, il ne faut pas se plaindre du lieu où on arrive ! »

La CAAHMRO mène une action innovante. Objectif : décrypter le marché afin de « deviner les ressorts actuels et futurs » de la consommation. La coopérative met également en oeuvre un projet d'évolution stratégique reposant sur une innovation par les services. Philippe Bardon explique le sens de la démarche : « Écouter le client afin de comprendre ses besoins. Or il y a de moins en moins d'anticipations dans les achats. D'où la mise en place d'un système de commandes pour des réplications. » Ce qui passe par l'acquisition d'un logiciel. L'instauration d'un système drive ainsi qu'une extension des horaires d'ouverture et des services associés est également prévue. Au cours du printemps 2014.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui