Loiret Agricole et Rural 19 novembre 2013 à 08h00 | Par Olivier JOLY

Session Chambre - 25 + 25 = une perte de 50 millions d'euros pour la ferme Loiret

La PAC 2014-2020 et l'avenir de la filière avicole ont alimenté les débats lors de la session de la chambre d'agriculture du Loiret.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Michel Masson craint « des effets domino importants ». © Loiret agricole et rural Même si, pour l'instant, ce ne sont que des hypothèses, les grandes orientations sont connues. D'où l'inquiétude des élus consulaires. © Loiret agricole et rural

« Selon nos calculs, [la prochaine programmation de la Politique agricole commune] fera perdre 25 millions d'euros à la ferme Loiret » : c'est le message qu'a délivré Michel Masson, le président de la chambre d'agriculture, lors de la session du vendredi 15 novembre. L'élu consulaire y a ajouté les 25 millions d'euros consécutifs à la réforme mise en place il y a quelques années par Michel Barnier. Soit un total de 50 millions d'euros. « Cela siphonnera les capacités d'investissements : la modernité et la compétitivité de demain disparaîtront. »

« Des effets domino importants » sont à prévoir : s'il y a moins d'investissements, cela se répercutera sur l'activité des artisans, sur l'emploi, sur les recettes de la Mutualité sociale agricole, etc. Selon Michel Masson, 50 millions correspondent à 3.000 Smic de perdus par an : un plan social cataclysmique ! En équivalent céréales, cela représente un différentiel de 10 EUR/t de blé par rapport à l'Allemagne ou l'Angleterre. « Je ne voudrais pas noircir le tableau mais les 25 millions de la prochaine PAC auront des conséquences en termes de marchés et d'emplois. »


Lire la suite dans la version papier de notre édition du 22 novembre 2013.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,