Loiret Agricole et Rural 11 octobre 2013 à 17h00 | Par OJ

Machinisme - Les Ets Chesneau classés au Top 50 !

Coup de projecteur sur le concessionnaire d’Épieds-en-Beauce : une entreprise cinquantenaire au chiffre d’affaires de 53 millions d’euros.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean Chesneau, à gauche, et son fils Servais, qui a pris la succession à la tête de l’entreprise en 1998.
Jean Chesneau, à gauche, et son fils Servais, qui a pris la succession à la tête de l’entreprise en 1998. - © Loiret agricole et rural

Jean Chesneau a fondé les Établissements éponymes en 1960. « Je me suis installé comme vendeur et réparateur de tracteurs Lanz, une marque allemande. J’ai démarré avec un bâtiment de quatre-vingts mètres carrés. Je travaillais avec un concessionnaire qui importait des tracteurs pour le Loiret. Lors d’un stage en Allemagne, j’ai appris que John-Deere avait racheté Lanz. »

Conséquence : le constructeur reprit la Soma, basée à Orléans et qui était concessionnaire pour le Loiret. « Je suis devenu agent de la Soma et j’étais le plus gros de celle-ci dans le département. Les nouveaux propriétaires ne connaissaient pas trop la partie mécanique : ils m’ont proposé de devenir associé. J’ai dit oui à condition d’acquérir la moitié des parts de la Soma : ses dirigeants ont accepté. »

En parallèle, la commune d’Épieds-en-Beauce cherchait à installer une entreprise sur son territoire : Jean Chesneau y fit acheter un terrain par la Soma. « Peu de temps après, l’entreprise a connu un dépôt de bilan. Heureusement, je n’avais encore rien signé avec elle. John-Deere est venu me trouver et m’a proposé de devenir concessionnaire. »

Notre interlocuteur tint les rênes de l’entreprise durant quarante ans. « J’ai accompli un beau parcours. » Dont l’intéressé délivre les clés : « La droiture, la fidélité et le respect du client au niveau du service après-vente. Par mon travail, j’ai forcé le facteur chance. »

 

Grâce à de la croissance externe

En 1998, Servais Chesneau a pris la succession de son père. Le sens de la démarche ? « Donner une suite à une entreprise familiale : poursuivre son développement afin d’être encore là demain. » En 2003, le dirigeant a racheté les Établissements Thelliez, concession John-Deere qui avait son siège à Mer, dans le Loir-et-Cher. Une opération de croissance externe par laquelle l’entreprise multiplia ses résultats par quatre !

« Aujourd’hui, nous recherchons des produits performants afin de satisfaire nos clients. » La formation du personnel est également une priorité : « Les mécaniciens du service après-vente étant plus des techniciens que des ouvriers, ils doivent être formés à toutes les nouvelles technologies. Quant aux commerciaux, il faut les former aux nouveaux produits ainsi qu’aux aspects financiers et fiscaux. »

En dix ans, le chiffre d’affaires des Établissements Chesneau est passé de sept à cinquante-trois millions d’euros. En grande partie grâce à de la croissance externe. Comment expliquer une fidélité d’un demi-siècle à John-Deere ? « Quand on est marié à une telle marque, on n’en change pas souvent ! » répond le fondateur de l’entreprise spicacienne.

Les tracteurs et les moissonneuses-batteuses constituent les produits-phares de John-Deere. Dans le premier cas, on trouve des engins de 30 à 500 CV adaptés à tout type d’utilisation. Dans le second cas, il existe une gamme allant de 200 à 600 CV avec une grande variété de largeurs de coupes.

 

Le mutisme le plus complet…

L’activité irrigation a fait son apparition en 1976 : l’entreprise est importatrice d’enrouleurs Beinlich, une marque allemande, et de rampes d’irrigation Briggs, une marque anglaise. Selon Jean Chesneau, les rampes permettent « un travail à faible pression, d’où une économie d’eau de 20 à 25 % ». Quant à l’enrouleur, il se caractérise par sa « souplesse d’utilisation ».

Un demi-siècle après avoir été placée sur les fonts baptismaux, quels sont les projets de l’entreprise ? « Continuer dans le même axe » répond Servais Chesneau. En 2014, les locaux d’Épieds-en-Beauce, d’une superficie de 3.000 m2, seront agrandis de 600 m2. Quant à de possibles opérations de croissance externe, le dirigeant observe le mutisme le plus complet…

L’entreprise en un coup d’œil

- Nom : Établissements Chesneau.

- Année de création : 1960.

- Siège social : Épieds-en-Beauce.

- Statut juridique : société par actions simplifiée.

- Président : Servais Chesneau.

- Activité : concessionnaire John-Deere et vente de matériel d’irrigation.

- Chiffre d’affaires 2013 : 53 millions d’euros.

- Effectifs : 125 salariés.

- Réseau : huit points de vente et de réparation dans le Loiret, l’Eure-et-Loir, l’Indre-et-Loire et le Loir-et-Cher.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui