Loiret Agricole et Rural 12 décembre 2013 à 08h00 | Par Olivier Joly

AgroPithiviers. - « La coopération a un grand avenir devant elle ! »

À l'occasion de l'assemblée générale d'AgroPithiviers, quatre présidents d'établissements ont débattu autour du modèle coopératif.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite, Alain Bergeon, Jean-Pascal Jarry, Jean-Marc Coulon et Michel Pernin. © Loiret agricole et rural  © Loiret agricole et rural Bien qu'insuffisamment connue, la coopération a fait la preuve de sa performance. © Loiret agricole et rural Claude Mauguit : « Nous sommes bien dans une recherche de différenciation. » © Loiret agricole et rural Jean-Marc Coulon : « Il faut laisser la place aux jeunes. » © Loiret agricole et rural Benoît Ferrière, nouveau président    Âgé de 43 ans et producteur céréalier à Crottes-en-Pithiverais, Benoît Ferrière est le nouveau président d’AgroPithiviers. Élu par le co © Loiret agricole et rural

« La coopération est une formule méconnue mais qui a de l'avenir » : c'est le message qu'a délivré Jean-Marc Coulon. Le président d'AgroPithiviers s'exprimait à l'occasion de l'assemblée générale de la coopérative, le vendredi 6 décembre. Au cours des dix dernières années, l'administrateur a constaté deux évolutions. Premièrement, la variabilité du prix des céréales sur le marché mondial : « Le marché étant libre, nous subissons toutes les tempêtes et toutes les fluctuations. Aujourd'hui, nous sommes à un prix moyen, en référence à 1992. » À 190 EUR la tonne de blé tendre, les prix actuels se situent au niveau où ils trouvaient il y a deux décennies. « Si la couverture du risque est quelque chose de difficile, une coopérative ne peut faire l'objet ni d'une délocalisation ni d'une OPA (NDLR : offre publique d'achat) : elle a un rôle économique très important. »

Deuxième phénomène observé par le président d'AgroPithiviers : « L'inflation réglementaire : une dérive sociétale. On règle des problèmes économiques avec des textes. En France, a-t-on les moyens d'assumer toutes ces règles ? On veut tout et son contraire. Le pouvoir politique génère un système de peur. Laissez l'économie respirez ! Fichez la paix à l'agriculture ! Cette dernière a quelque chose à apporter à la société : des exemples d'organisation, dont le modèle coopératif. »

Une manière d'introduire la table ronde qui, autour de Jean-Marc Coulon, rassemblait trois présidents de coopératives : Alain Bergeon, Jean-Pascal Jarry et Michel Pernin. N'y a-t-il qu'une forme de stratégie gagnante pour l'adhérent et sa coopérative ? Tel était le sujet du débat animé par Claude Mauguit, consultant auprès de Coop de France. Ce dernier planta le décor : « L'objectif est d'ouvrir des pistes de réflexion. Sans camper sur ses positions. »

Sur des marchés tirés

« Comment peut-on faire vivre une coopérative de petite taille comme la nôtre ? » s'interrogea Jean-Marc Coulon. Le président de la coopérative d'Esternay apporta un premier élément de réponse : « Nous sommes totalement indépendants mais pas seuls. » L'entité marnaise fait partie de différentes structures. Alain Bergeon évoqua, pour sa part, « une stratégie de différenciation par des produits de qualité ». Le sens de la démarche : répondre aux exigences des meuniers avec, en toile de fond, la traçabilité dans le cadre de la sécurité alimentaire.

Jean-Pascal Jarry parla de « marché de niche » et de création de valeur ajoutée : « On partage celle-ci entre les adhérents et la coopérative car nous avons besoin d'outils performants pour répondre aux exigences de la clientèle. » L'expression « marché de niche » fut également employée par Jean-Marc Coulon, en référence à la production de blé améliorant (NDLR : 30 % des collectes de blé tendre). Michel Pernin exposa son point de vue : « La mission principale d'une coopérative est de développer l'entreprise de ses adhérents en créant de la valeur. »

Le modérateur eut ce commentaire : « Nous sommes bien dans une recherche de différenciation. Dans une stratégie de volume et de prix, il faut des coûts bas et des volumes élevés. » Une démarche de différenciation répond à la logique inverse : « On recherche des exclusivités et des facteurs de différenciation mettant en valeur sa production. »

« Orienter les agriculteurs vers des variétés spécifiques est très important » a déclaré le président de la coopérative d'Esternay. Réaction de Claude Mauguit : « Nous sommes sur des marchés tirés et non poussés. » Le second schéma fonctionnait il y a une soixantaine d'années lorsque Ford imposait un modèle uniforme de voiture. « Aujourd'hui, on identifie des besoins et on essaie de produire ce que demandent les marchés. »

 

Une campagne de communication nationale

La mutualisation et la massification sont deux principes inhérents à la coopération. La première vise les équipements et les services. Et Jean-Marc Coulon a expliqué les avantages de la seconde : « Les négociations avec les fournisseurs sont plus faciles : dans un contexte économique délicat, c'est un atout pour répondre aux exigences de la clientèle. »

Question : comment la création de valeur est-elle perçue par les adhérents ? Dit autrement, comment les agriculteurs en profitent-ils ? Réponse d'Alain Bergeon : « Le prix payé en culture est majoré d'une prime selon la nature du contrat. Il faut aussi pérenniser l'activité. Cela nécessite des outils modernes, d'où une logique d'investissements. » Quel est l'attrait d'une coopérative ? L'animateur des débats a fourni cet argument : « Une coopérative apporte ce qu'un adhérent ne veut pas, ne sait pas ou ne peut pas faire : un outil collectif est meilleur qu'un outil individuel. »

Une petite taille représente-t-elle un handicap ? Réponse de Michel Pernin : « Quand une nouvelle coopérative se crée, dans les cinq ans qui viennent, elle doit atteindre un chiffre d'affaires de dix millions d'euros. Une coopérative qui n'évolue pas a tendance à devenir un club. » Un avis que ne partageait pas Jean-Pascal Jarry : « Je n'ai pas l'impression qu'on deviendra obsolète dans les dix ans qui viennent ! » Quant à Jean-Marc Coulon, il a exprimé une opinion médiane : « La taille n'est pas un élément déterminant. Cependant, lorsque nous affrétons des trains pour exporter, il vaut mieux massifier. » Pour ses approvisionnements, AgroPithiviers fait partie d'une centrale d'achats. « Ce qu'on gagne en capacité de négociation, on le perd en proximité. »

Coop de France se prépare à lancer une campagne nationale de communication. « Nous avons un défaut de communication » a reconnu Alain Bergeon. Jean-Pascal Jarry estime que le mouvement coopératif a besoin de cette campagne de communication. Mais, pour le président de la coopérative d'Esternay, « il faudra aussi faire du lobbying à Bruxelles ». « Nous essayons de faire passer des messages au niveau local » a indiqué, pour sa part, Jean-Marc Coulon. AgroPithiviers travaille avec les Chambres consulaires autour du développement économique.

40 % des produits agroalimentaires distribués en France proviennent de la coopération. Or le grand public n'en a pas forcément conscience. Faut-il pour autant s'associer à de grandes enseignes ? « Tant qu'on n'est pas transformateur, avec des capitaux importants à mobiliser, on peut rester indépendant » a expliqué Jean-Marc Coulon.

Cela amène à s'interroger sur la capacité du réseau coopératif à garder son avantage concurrentiel. L'animateur des débats eut cette réflexion : « On parle de la coopération comme levier de croissance territorial. » Ces propos de Claude Mauguit faisaient écho à une intervention de Michel Pernin : « La coopération a un grand avenir devant elle : notre mouvement est reconnu par les pouvoirs publics. »

Parlant devant un parterre de coopérateurs, Jean-Pascal Jarry rappela une évidence : « Votre outil de travail vous appartient : celui-ci est indivisible et transmissible. » Alain Bergeon s'inscrivit dans la même veine : « On est actionnaire, fournisseur et client : on maîtrise toutes les étapes du circuit commercial. »

 

Un besoin de sociétal

Autre question : comment convaincre les jeunes de rejoindre la coopération ? Michel Pernin a proposé quelques solutions : « Leur faire découvrir la coopération et ses atouts et les impliquer dans les conseils d'administration. » Alain Bergeon fit également part de ses idées : « Être attractif en proposant un outil de travail moderne et faire preuve de transparence. »

Jean-Pascal Jarry n'y alla pas par quatre chemins : « Je sature d'entendre dire que les jeunes posent problème ! Si on pense ainsi, c'est qu'on ne les intègre pas assez. Il faut leur confier des responsabilités. » « On a vécu une période où nous étions très inquiets » a commenté Jean-Marc Coulon. Aujourd'hui, sur les cinq cents adhérents d'AgroPithiviers, on compte cinquante jeunes installés depuis moins de cinq ans. « Ils sont là et ont des idées. »

Les quatre débatteurs furent invités à dire quels étaient, selon eux, les clés de la réussite du modèle coopératif : la mutualisation, la massification, la gestion, la stratégie de produits, la confiance des adhérents, la rigueur de la gestion, l'investissement, la productivité, la valorisation de la production et le partage de la valeur ajoutée. Commentaire de Jean-Pascal Jarry : « L'humain reprend le dessus et tant mieux ! On a besoin de sociétal et de rapport avec l'autre : il n'y a rien de mieux que la coopération pour le véhiculer ! »

Le mot de la fin revint à Jean-Marc Coulon : « La coopération n'est pas une idéologie mais un modèle économique qui a prouvé sa performance. » L'orateur ajouta : « Il faut laisser la place aux jeunes. » L'intéressé, qui avait présidé AgroPithiviers pendant plus de dix ans, annonçait qu'il ne solliciterait pas le renouvellement de son mandat. Mais l'homme restera administrateur pendant encore un an.


 

 

 


Qui sont-ils ?

 

- Alain Bergeon : président de la coopérative de La Tricherie (Vienne). 220 adhérents. Collectes : 90.000 tonnes. Blé, colza et maïs. 75 % des cultures sont contractualisées. Chiffre d'affaires : 31 millions d'euros. Effectifs : 19 salariés.

- Jean-Pascal Jarry : président de la coopérative d'Esternay (Marne). 200 adhérents. 25 salariés. Une station de semences.

- Jean-Marc Coulon : président d'AgroPithiviers. Chiffre d'affaires 2012-2013 : 63.898.822 EUR. 56.427.378 EUR lors de l'exercice 2011-2012. Volume des récoltes 2012 : blé tendre : 90.221 t ; orge de printemps : 61.744 t ; blé dur : 10.535 t ; maïs : 7.769 t ; divers : 14.420 t.

- Michel Pernin : président de la Fédération nationale des coopératives et groupements d'artisans. Chiffre d'affaires : 700 millions d'euros. 6.500 artisans réunis dans 49 coopératives.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui