Loiret Agricole et Rural 05 février 2016 à 09h00 | Par Agrapresse

Euronext lance un contrat à terme sur le sucre à l'automne 2016

Euronext a annoncé, le 26 janvier, qu'un contrat à terme intracommunautaire pour le sucre blanc dit raffiné sera ouvert à l'automne 2016. Les quotas européens n'existeront plus au 1er octobre 2017. Ce contrat doit être une réponse donnée aux producteurs pour faire face à la libéralisation du marché.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © V. Marmuse / CAIA

À l'automne 2016, nous lancerons un contrat sucre raffiné», a déclaré Nicholas Kennedy, chef de produits matières premières chez Euronext, opérateur boursier, lors d'une conférence de presse d'Agritel à Paris, le 26 janvier. Il s'agira d'un contrat à terme, en euros, pour le sucre blanc dit raffiné. «Le contrat est pour l'Europe. Ce n'est pas un contrat d'export hors Union européenne», ajoute-t-il. Le contrat vise aussi bien les producteurs de sucre que les transformateurs. Sur les contours de ce futur contrat, Agritel n'en dira pas davantage, certains points doivent encore être validés. «Ce seront des contrats livraisons. Mais nous ne pouvons pas, pour le moment, en dire davantage», répète Nicholas Kennedy.

Préparer la fin des quotas

Le contrat doit être prêt pour l'automne 2016. «Dans un contexte de libéralisation des marchés européens du sucre, les producteurs de betteraves à sucre pourront librement augmenter leur production», explique Michel Portier, directeur général d'Agritel, cabinet de conseil en stratégies des marchés agricoles et agro-industriels. Le sucre est déjà coté en Bourse à Londres (sucre blanc) et à New York (sucre brut). En Europe, après les grandes cultures et le lait, le sucre va aussi faire son entrée dans un marché libéralisé. Les quotas sucriers européens seront supprimés à partir du 1er octobre 2017. Le contrat à terme doit permettre aux acteurs de la filière de couvrir leurs positions face au risque de fluctuations de prix et d'en anticiper les variations.

Mise en oeuvre pratique

La mise en place de ce contrat ne devrait pas être aussi lourde que le contrat laitier. «Les producteurs de betteraves sont souvent aussi céréaliers, ils connaissent donc le fonctionnement des marchés à terme», ce qui devrait les inciter à utiliser ce contrat sur le sucre. De fait, en avril 2015, les contrats à terme sur les produits laitiers avaient eu du mal au démarrage. Pour la filière sucre, ce n'est pas le même contexte. Les acteurs sont déjà formés aux règles des marchés à terme. «Ce contrat sera un franc succès», estime Michel Portier.

Agritel fonde le premier séminaire français à dimension internationale : le Paris Grain Day

Après le lancement du programme European Agritel Tour qui vise à estimer la production de blé (Allemagne, Ukraine, Roumanie et Pologne), Agritel a annoncé la création d'un grand séminaire international sur les grandes cultures intitulé le «Paris Grain Day», lors d'une conférence de presse, le 26 janvier. La première édition se tiendra les 26 et 27 janvier 2017. Michel Portier, directeur général d'Agritel (société d'expertise sur les marchés agricoles), précise que le rendez-vous recevra «industriels, opérateurs de marchés, coopératives et négociants». Une soirée est prévue pour les rencontres et les échanges autour du marché des matières premières agricoles. Les jours suivants, des conférences se tiendront sur les perspectives de marché et sur les enjeux du secteur. «Paris Grain Day vient enrichir la démarche d'Agritel : proposer une analyse et une gamme d'outils complète pour accompagner les opérateurs sur le marché», conclut le directeur de la société.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui