Loiret Agricole et Rural 16 janvier 2015 à 15h00 | Par Olivier JOLY

La Cuma du Ronceau investit dans deux nouvelles moissonneuses-batteuses

L’entité renouvelle son matériel. Coût de l’opération : 464.000 €. D’autres projets sont à l’étude.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les nouvelles machines entreront en action lors des prochaines moissons.
Les nouvelles machines entreront en action lors des prochaines moissons. - © Olivier Joly

«La Cuma disposait déjà de deux moissonneuses-batteuses et, pour répondre au mieux à la demande des nouveaux adhérents, nous avons décidé d’acquérir deux nouvelles machines raconte Henri Ganzin, le président de la Cuma du Ronceau. Les anciennes, qui dataient de 2005 et 2009, étaient un peu vieillissantes.» Montant total de l’investissement : 464.000€ hors taxes. Deux machines identiques. Deux remorques pour faire suivre le ravitaillement, un équipement pour couper le tournesol et un broyeur font également partie du lot. Les deux remorques sont destinées à ravitailler la machine dans les champs : fuel et AdBlue, un additif permettant de convertir 85% des oxydes d'azote contenus dans les gaz d’échappement en azote et vapeur d'eau. «Un nouveau produit qu’il faut mettre à chaque fois qu’on fait le plein.» Quant au deuxième équipement, il a pour objectif «d’adapter la machine à la récolte qu’elle va faire».

La coopérative a contracté un emprunt de 273.000€ remboursable sur sept ans et dont les intérêts sont, en partie, pris en charge par l’État, équivalant à une subvention de 25.000 €. Soit près de 10% du coût total de l’opération. «Une aide substantielle» commente Henri Ganzin. Quant au différentiel, soit 190.000 €, il a été obtenu par la vente des deux anciennes machines. Les deux nouvelles, d’une largeur de travail de 7,60 m, possèdent une puissance de 400 CV contre respectivement 330 et 360 à leurs devancières. «Cela améliorera le débit de chantier : nous avons 900 ha de céréales à récolter.»

Un projet à 500.000 €

Le montant de la part sociale s’élève à 16€ et, pour un hectare de céréales, de colza ou de tournesol, la Cuma demande 2,5 parts sociales et 3,5 parts sociales pour un hectare de maïs. L’adhérent s’engage pour la durée du prêt, soit sept ans. Notons que les adhérents récoltent la totalité de leurs céréales via la coopérative. Quant aux coûts d’utilisation, ils sont les suivants : 45 € par hectare récolté pour les céréales. Sans compter ni la main-d’œuvre ni le carburant. Si on utilise le chauffeur de la Cuma, le prix est de 58 € par hectare. Pour du maïs, il faut débourser 80 € par hectare. Sans la main-d’œuvre ni le carburant. 90€ par hectare avec la main-d’œuvre mais sans le carburant.

«En 1987, lorsque l’activité céréales a commencé, le prix de la récolte était de 280 francs par hectare, soit environ 42 €. Vingt-huit ans plus tard, le prix n’avait augmenté que de 2,50€. Notre objectif consiste à obtenir le meilleur service au meilleur coût. Or le prix des machines a augmenté. Pour suivre, nous avons augmenté les surfaces. S’y ajoutent un entretien rigoureux des machines ainsi que leur renouvellement régulier, évitant les à-coups dans les frais.» Le dirigeant met également en avant le mode de financement : «Les prêts bonifiés.» Les deux moissonneuses-batteuses seront livrées pour les prochaines récoltes.

Face à l’augmentation des surfaces betteravières, la Cuma du Ronceau mène une réflexion : renouveler l’automotrice ou passer à l’intégrale. «La seconde débarde aussi les betteraves : la remorque n’a plus vraiment besoin de suivre la machine.» Une telle acquisition représenterait un investissement compris entre 500.000 et 600.000 €.

La Cuma en un coup d’œil

  • - Année de création : 1980.
  • - Président : Henri Ganzin.
  • - Nombre d’adhérents : 38.
  • - Chiffre d’affaires : 150.000€.
  • - Activité : récolte de céréales, de maïs, de betteraves, de fourrages et de graines d’oignon.
  • - Matériel : deux moissonneuses-batteuses, deux remorques céréalières, une remorque pour les travaux publics, un cover-crop, deux déchaumeurs à disques, une bineuse, un semoir à betteraves, une arracheuse automotrice, un strip-till, un quad anti-limaces et une participation dans le quad-tarière départemental.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui