Loiret Agricole et Rural 08 juin 2018 à 15h00 | Par Sabrina Beaudoin

Un nouvel agent permanent au Service de Remplacement du Loiret

Le Service de Remplacement du Loiret a embauché Vanessa Krantz, en CDI. Signature officielle, jeudi 31 mai à Gien.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Nicolas Tripot Fouteau, président du Service de Remplacement et Vanessa Krantz, agent de remplacement
Nicolas Tripot Fouteau, président du Service de Remplacement et Vanessa Krantz, agent de remplacement - © Sabrina Beaudoin

eudi 31 mai, à la Chambre d’agriculture de Gien, entourée des adhérents à qui elle rend déjà service, Vanessa Krantz a officiellement signé un CDI, sur mesure, avec le Service de Remplacement du Loiret.
Pour rappel, le Service de Remplacement du Loiret est un groupement d’employeurs à vocation de remplacement, dirigé par des agriculteurs bénévoles. Sa mission est de proposer des salariés - agents de remplacement - aux exploitants qui souhaitent ou qui sont contraints d’être remplacés pour assurer les travaux quotidiens sur l’exploitation.
Il existe plusieurs motifs de remplacement : santé, qualité de vie, congés maternité/paternité, réunions, formations. Ces 3 dernières années, le motif de remplacement « santé » prend le dessus. « Nous sommes intervenus chez 51 exploitants au total (15 dossiers en accident, 12 en épuisement professionnel, 2 décès et une vingtaine en maladie). 2017 est une année que nous n’aimerions pas revivre d’autant que nous avons dû gérer tous ces problèmes de santé en même temps ! C’était difficile à vivre pour nous » avoue Sylvia Thomas. « Nous espérons que les demandes de remplacement pour qualité de vie repartiront à la hausse » poursuit-elle.
Au premier trimestre 2018, 44 % des demandes concernaient encore la santé...
Notons que pour le motif qualité de vie, l’agriculteur peut toujours bénéficier de 50 % de crédit d’impôts pour 14 jours de congés en élevage. Ce crédit d’impôt est reconduit jusqu’en décembre 2019.
Depuis l’année dernière, le remplacement pour épuisement professionnel a été mis en place avec le soutien de l’Etat. Cette année, la MSA a décidé de reconduire ce dispositif sur ses fonds propres. A noter que le Service de Remplacement ne peut plus alerter la MSA. Aujourd’hui, c’est à l’adhérent de se signaler. C’est un remplacement facturé entre 0 et 1,60 €/h, sur 10 jours renouvelable une fois. Un travailleur social se rend sur l’exploitation pour faire un point sur la situation globale de l’exploitant.
En 2017, le service a enregistré 21 050 heures de remplacement réparties sur 3 800 jours/exploitations soit 600 dossiers.
« Le Service de Remplacement fonctionne parce que nous avons des agents de remplacements compétents et de confiance » souligne Nicolas Tripot Fouteau, président du Service de remplacement 45.
Sylvia Thomas rappelle que les exploitants adhérents au Service de Remplacement peuvent aussi proposer leur propre agent si l’agent permanent n’est pas disponible…
Un CDI adapté
Vanessa Krantz est au Service de Remplacement depuis 4 ans. Electron libre, elle organisait ses remplacements et son planning. Cette liberté, Vanessa voulait la garder. C’est la raison pour laquelle, le Service de Remplacement lui a proposé un CDI adapté à ses attentes, CDI éligible à l’aide octroyée par le Conseil régional pour la création de poste en CDI dans le cadre d’un soutien à la pérennisation des emplois.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui