Loiret Agricole et Rural 20 juillet 2018 à 12h00 | Par Sabrina Beaudoin

Un comité de pilotage lance un projet de territoire pour créer des réserves d'eau sur le bassin Puiseaux-Vernisson

Une solution durable d'adaptation au changement climatique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Exemple de retenue existante sur Puiseaux-Vernisson
Exemple de retenue existante sur Puiseaux-Vernisson - © Sabrina Beaudoin

Le stockage de l'eau pour l'irrigation est l'une des perspectives d'adaptation au changement climatique. Siège d'une biodiversité préservée, cet accès à la ressource permet notamment une diversification des assolements, des productions agricoles de qualité, et confère à l'exploitation agricole une sécurité économique.
Avec l'évolution des conditions climatiques, les volumes estivaux d'eau disponibles pour l'irrigation deviendront de plus en plus faibles. Ces restrictions engendreront des problématiques de déficit quantitatif pour l'agriculture. C'est au regard de ces évolutions que des projets de substitution de prélèvements dans des forages en période d'étiage se sont développés.
Le projet de territoire collectif sur le bassin Puiseaux-Vernisson a pour objectif la création de retenues de substitution en collectant les eaux de drainage. Son comité de pilotage est présidé par Monique Bévière, présidente de la Commission Locale de l'Eau (CLE) du SAGE Nappe de Beauce. Ce comité de pilotage est composé des principaux acteurs de l'eau du territoire, comme les collectivités territoriales ou établissements publics, usagers, organisation professionnelle et les représentants de l'Etat.
Notons que les retenues de substitution ne pourront être financées par l'Agence de l'Eau que si une réflexion collective se met en place autour d'un projet territorial. Le comité de pilotage qui s'est réuni fin juin pour la première fois a précisé que le financement des projets de stockage était désormais possible.
« Ce projet vise à l'atteinte du bon état des masses d'eau (quantité, qualité et milieux aquatiques) en rapport avec la Directive cadre européenne sur l'eau reprise par les Schémas Directeurs d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) » précise Benoit Louchard, Chambre Agriculture du Loiret.
Ce projet prévoit donc de stocker de l'eau en période hivernale pour réduire les prélèvements en nappe l'été. Il permettra aussi de restaurer des zones humides en complément des 8 réserves d'irrigation envisagées. Pour rappel, la France est un pays où l'irrigation est faiblement développée par rapport à d'autres pays (seulement 6 % de la SAU contre 10% dans l'UE). C'est pourquoi, une irrigation bien gérée est un moyen de développement économique face au changement climatique et à la protection de l'environnement.
Ce projet de stockage d'eau permettra ainsi de restaurer l'état quantitatif du bassin Puiseaux-Vernisson. L'objectif du projet Puiseaux-Vernisson est donc de créer des retenues d'eau. Collecter de l'eau de drainage table à la fois sur l'aspect quantitatif de l'eau mais aussi sur la qualité. « Actuellement l'été nous avons des prélèvements en forages, forages qui impactent sur les nappes. L'idée c'est d'arrêter ces prélèvements en forages et de les remplacer par des prélèvements hivernaux pour stocker l'eau qui sera utilisée pour irriguer » indique-t-il. Le Territoire présente un réseau hydrographique très dense et connaît des épisodes de crues provoquant des inondations sur certains secteurs. Les sols sont pour partie drainés. Ces eaux drainées plus ou moins chargées en molécules diverses sont aujourd'hui pour la plupart directement relarguées dans le milieu naturel sans traitements ou stockage au préalable. Leur stockage et revalorisation en irrigation devrait donc générer une amélioration de la qualité des masses d'eau superficielles.


Une enquête de terrain va débuter

La suite de cet artcicle dans notre édition...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

BERTRAND (40) | 20 juillet 2018 à 17:44:22

L'eau source de vie mais aussi pour nos exploitations...faudra-t-il toujours chercher plus de surface ??, Et si on valorisé davantage nos sols avec des cultures types maraichères de plein champ et des circuits directs ou semi directs pour répondre à une clientèle solvable à fidéliser..

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui