Loiret Agricole et Rural 22 avril 2016 à 08h00 | Par Loiret agricole et rural

Situation des nappes souterraines 2016

Une recharge hivernale partiellement équilibrée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Marmuse / CAIA

Selon le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), la recharge hivernale 2015-2016 est jugée «faible» par endroit et moins complète que les deux années précédentes. Un bilan de la situation des nappes françaises en fin de recharge hivernale a été présenté à l’occasion d’une conférence intitulée « Eaux souterraines » organisée par le Bureau de recherches géologiques et minières (BGRM), l’établissement public de référence dans les applications de gestion des ressources et des risques du sol et du sous-sol, le mercredi 20 avril.

Sur les 1700 points suivis tout au long de l’année, 260 sont retenus pour les analyses en raison de leur représentativité. La situation au 1er avril 2016, correspondant à la période de fin de recharge hivernale des nappes, est considérée par Philippe Vigouroux, hydrogéologue chez BGRM comme «moins conséquente qu’en 2014 et 2015».

Ainsi, 76% des niveaux sont normaux ou supérieurs à la normale contre 83% en 2015. La période au 1er avril incarne le basculement qui s’opère dans l’exploitation des nappes souterraines. Pendant les mois de septembre à mars, les aquifères se chargent en eau car la végétation et les usages y sont plus faibles. A partir d’avril, les activités agricoles jumelées à la reprise de la végétation provoquent irrémédiablement la diminution des réserves souterraines. De l’aveu même des experts du BGRM, le bilan était jugé préoccupant au début du mois de février dernier, mais les fortes précipitations jusqu’à fin mars ont permis de rétablir un niveau de recharge convenable. A l’exception du Sud-Est, où la recharge est constatée comme «inférieure à la normale» en cette fin de trimestre 2016.La gestion active des ressources dans le futurLa France possède une grande richesse géologique qui détermine les types d’aquifères, qu’ils soient libres, captifs, fissurés, altérés ou fracturés. Selon des modélisations basées sur les résultats du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), d’ici un horizon 2045-2065, la recharge hivernale française devrait connaître une baisse de 10 à 25% de sa valeur. Dans certains départements du Midi, de l’Aude et de l’Ariège notamment, cette baisse atteindrait même 50%. Pour anticiper ces prévisions, le BGRM avance plusieurs types de gestion active des ressources en eaux souterraines. L’optimisation de la recharge en utilisant des eaux usées comprenant un traitement avancé pour éviter tous risques sanitaires. Aujourd’hui, les Etats-Unis, l’Australie et Israël sont à la pointe de ces technologies. Un autre procédé viserait à optimiser l’infiltration en stockant l’eau dans des bassins souterrains pour éviter les pertes liées à l’évaporation. Les eaux souterraines représentent 6 des 34 milliards de m3 utilisés chaque année en France pour répondre aux besoins humains en termes d’eau potable, d’industrie, d’irrigation et d’électricité. A comparer aux 100 milliards de m3 qui alimentent en moyenne les aquifères français au nombre de 6500 répartis sur le territoire. Le potentiel reste donc très important. Néanmoins, les dimensions de risques naturels et de ressources en eau doivent être considérées dans un même ensemble selon Vincent Laflèche, président du BGRM. Leur mutuel équilibre est fragile car encore assez méconnu.

Venez découvrir notre dossier « irrigation » de 4 pages dans l’édition du 22 avril. Comment économiser de l’eau au champ ? Savoir s’adapter aux nouvelles règles applicables dans le Loiret. Les nouveautés en matière de matériel

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes