Loiret Agricole et Rural 03 avril 2014 à 08h00 | Par Olivier JOLY

Session - Chambre régionale d'agriculture : c'était à fleurets mouchetés !

Durant une matinée, les élus agricoles régionaux ont débattu de différents sujets d'actualité : des échanges sans concession.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La session avait lieu le vendredi 28 mars à Orléans. © Loiret agricole et rural Jean-Pierre Leveillard, au centre : « La loi d'Avenir n'a d'avenir que le nom ! » © Loiret agricole et rural Philippe Noyau : « L'avenir est incertain. » © Loiret agricole et rural Étienne Gangneron : « Il ne faut pas présenter les choses de manière manichéenne ! » © Loiret agricole et rural

Ce vendredi 28 mars, en ouverture de la session de la chambre régionale d'agriculture, Jean-Pierre Leveillard, président de l'entité, commentait l'actualité : « Nous sommes sur des prix moyens pour toutes les productions mais les charges restent élevées et pénalisent les revenus. Quant à la loi d'Avenir, elle n'a d'avenir que le nom ! » Le texte, voté en première lecture à l'Assemblée nationale, se trouve désormais devant le Sénat. L'Assemblée permanente des chambres d'agriculture (APCA) avait proposé vingt amendements dont huit furent repris. Les priorités de l'APCA concernaient les Groupements d'intérêt économique et environnemental (GIEE), la forêt, le foncier et le registre de l'agriculture.

Yann Dubois de La Sablonière, représentant des propriétaires fonciers, adressa cette diatribe : « Nous n'avons pas été entendus. Seule la Fédération nationale des Safer l'a été. Le texte renforce les pouvoirs de ces dernières malgré le rapport de la Cour des Comptes mettant en lumière certains dysfonctionnements. Les Sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural vont pouvoir agir sans avoir à se justifier de leurs actions. » L'élu consulaire d'ajouter : « Une loi inquisitrice et voyeuriste. Un mauvais signe pour les bailleurs, qui sont les premiers investisseurs dans l'économie agricole. Je voudrais que toute la profession agricole s'associe et fasse un recours devant le Conseil constitutionnel en raison d'une atteinte scandaleuse au droit de propriété ! »

Réaction de Jean-Pierre Leveillard : « Le texte est toujours en débat mais nous avons peu d'espoir que de fortes évolutions y soient apportées. Nos organisations nationales étudieront ce qu'il y a lieu de faire. Mais c'est vrai que de nombreuses choses nous déplaisent fortement. » Président de la chambre d'agriculture du Cher, Étienne Gangneron enchaîna : « Il ne faut pas présenter les choses de manière manichéenne. Certes, le bail environnemental ne nous convient pas. (...) Les Safer constituent la seule instance de gestion foncière où chacun peut s'exprimer. C'est pourquoi je ne comprends pas l'attaque qui leur est portée. Il faut trouver un consensus sur le foncier : doit-il rester un moyen de production ou devenir un bien capitalistique ? »

Couper la poire en deux

La chambre régionale d'agriculture a émis un avis « réservé » sur le cinquième programme d'actions de la directive nitrates. Son président a expliqué pourquoi : « On a obtenu des choses au niveau régional : on se voyait mal exprimer un avis négatif. Mais il reste des points à améliorer : nous avons coupé la poire en deux. » Les élus ont demandé que des dispositions techniques soient intégrées au document final. Cela concerne quatre domaines : la période d'interdiction d'épandage, la limitation de l'épandage des fertilisants azotés, la couverture hivernale pour limiter les fuites d'azote au cours des périodes pluvieuses et les mesures renforcées à mettre en oeuvre dans les zones d'actions renforcées.

L'instance consulaire veut également que la date d'entrée en vigueur du programme régional soit fixée au 1er septembre 2014 et non pas à la date de la signature de l'arrêté, c'est-à-dire en cours de campagne culturale : « Ceci ne saurait être applicable sur le terrain. » En outre, la Chambre a réitéré la demande que, « compte tenu du renforcement des capacités de stockages exigé pour les élevages, un accompagnement financier conséquent soit prévu pour les exploitants dans les anciennes comme dans les nouvelles zones vulnérables de façon à permettre la mise aux normes de ces exploitations ».

Les crédits France Agrimer consacrés à l'expérimentation s'élèvent à 680.000 EUR. Le total des demandes des stations est de 893.000 EUR. L'écart important vient, d'une part, de la baisse de 115.000 EUR de l'enveloppe et, d'autre part, d'une hausse des demandes de plusieurs stations ou secteurs. La chambre régionale d'agriculture et les responsables de stations ont rencontré la Direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt. Cela a permis de trouver d'autres sources de financement (Feader 2007-2013, Conseil régional, etc.) pour maintenir les crédits d'expérimentation 2014 au niveau de 2013.

« Toutefois, l'avenir est incertain » a déclaré Philippe Noyau. Le Loir-et-Chérien a ajouté : « Il faudra répondre à des appels à projets : comment ferons-nous si nous ne sommes pas retenus ? » « Chaque station aura intérêt à avoir des projets qui tiennent la route afin d'être retenue » a commenté Jean-Pierre Leveillard. Étienne Gangneron fit part de son point de vue : « Ce sera compliqué si nos ingénieurs passent la moitié de leur temps à remplir des dossiers plutôt qu'à faire de la recherche dont les agriculteurs ont besoin ! »

Du 16 au 20 juin

Dans le cadre d'Innov'Actions, initiative portée par le réseau des chambres d'agriculture et l'APCA, l'entité régionale a décidé d'une semaine spéciale. Celle-ci aura lieu du 16 au 20 juin et se traduira par trois ou quatre portes ouvertes dans chaque département. Premier vice-président de la chambre régionale d'agriculture, le Berrichon Robert Chaze a justifié le bien-fondé d'un tel rendez-vous en ces termes : « Le caractère innovant vient souvent des exploitants ainsi que des expérimentations qui sont mises en place. » La profession se fera un plaisir de le montrer !

Les axes de travail des commissions

Les axes de travail des cinq commissions et du Comité d'Orientation Recherche Développement Formation (Coredef) ont été définis. En voici les principaux :

- Commission environnement et biodiversité : accompagner les agriculteurs pour la mise en oeuvre des réglementations environnementales (nitrates, captages, etc.) ; accompagner la sécurisation des systèmes agricoles en matière d'approvisionnement en eau ; accompagner les agriculteurs vers l'optimisation et la réduction des produits phytosanitaires.

- Commission élevage et filières animales : réfléchir sur l'avenir et la pérennité des productions ; améliorer l'autonomie alimentaire et fourragère ; travailler sur la qualité des productions.

- Commission agronomie et productions végétales : répondre par l'agronomie aux questions environnementales et réglementaires.

- Commission économie et entreprises : analyse et positionnement sur les grandes politiques agricoles et la performance économique des exploitations (agroécologie) ; analyse et positionnement sur la formation initiale et continue ; mise en oeuvre de conseils adaptés aux besoins des exploitations agricoles et vecteurs de prestations.

- Commission territoires et développement : développer une stratégie régionale et assurer la cohérence des positionnements en matière de politiques territoriales ; organiser la veille réglementaire et le suivi des politiques publiques ; structurer l'appui au développement économique dans les territoires et développer l'offre de service des chambres d'agriculture.

- Coredef : assister la chambre régionale d'agriculture dans l'élaboration, la coordination, le suivi et l'évaluation du Projet régional de développement agricole et rural.

Ces axes de travail se déclinent en engagements. De manière non-exhaustive, citons : organiser une veille sur le changement climatique ; réaliser une enquête territoires laitiers (action réalisée) ; organiser un événement annuel agronomie à partir de 2015 de façon tournante à l'échelle régionale ; proposer de nouveaux modes de financement innovants pour les exploitations ; sensibiliser les collectivités territoriales aux enjeux de l'agriculture pour l'aménagement du territoire.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui