Loiret Agricole et Rural 23 novembre 2013 à 08h00 | Par Alicia Martin

Revendications - Echanges sur la PAC avec les parlementaires

La FDSEA du Loiret a rencontré le vendredi 8 novembre des Parlementaires du Loiret afin d’échanger sur la réforme de la PAC

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Pierre Sueur attentif aux propos tenu par Jean Daudin président de la FDSEA et Cédric Benoist, président de la section grandes cultures. © LAR Jean-Pierre Sueur et son attaché parlementaire à droite ainsi que Valérie Corre ont répondu présents à la demande de rencontre de la FDSEA. © LAR Jean Daudin entouré de Jean-Pierre Door à gauche et Stéphane Fautrat à droite ainsi que des membres du bureau étudient la future répartition de la PAC © LAR

Le président de la FDSEA, Jean Daudin ainsi que des membres du Bureau ont reçu,  vendredi 8 novembre, le sénateur Jean-Pierre Sueur, les députés Jean-Pierre Door et Valérie Corre ainsi que le secrétaire général de l’UMP Stéphane Fautrat afin d’échanger sur un sujet préoccupant, la réforme de la PAC. Cette rencontre a lieu en deux temps en accueillant les membres du PS puis de l’UMP.

De cette façon, la FDSEA a amené nos élus à prendre conscience de la forte baisse de revenu que la future PAC va provoquer. Elle a pu notamment s’appuyer sur une série de simulations qui illustrent qu’en 2019, la majorité des agriculteurs perdront plus de 30% par rapport à leurs aides actuelles. Le plafonnement à 30 % étant par rapport à l’aide 2015. Même les éleveurs annoncés gagnants par le gouvernement perdront lors de cette réforme. La perte moyenne pour le Loiret est évaluée à 80 €/ha, ce qui aura un impact considérable sur nos revenus, les charges et les taxes étant déjà lourdes à porter.  Suite à l’exposé de la FDSEA, Jean-Pierre Sueur a montré un vif intérêt pour l’avenir de l’élevage laitier Loiretain et considère que le « vrai sujet » est la discussion quasiment impossible avec les laiteries. Il y a une contradiction aujourd’hui entre le fait que les agriculteurs puissent se regrouper pour vendre et le fait de faire passer cela pour de l’entente illicite, il faut s’unir et massifier l’offre face à la grande distribution toute puissante et surtout ne pas oublier l’interdépendance des filières élevage et grandes cultures.


Lire la suite dans notre édition du 22 novemvre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui