Loiret Agricole et Rural 03 juillet 2015 à 14h00 | Par FRSEA Centre - Val de Loire

Renégocier les contrats pour un prix du lait plus respectable

La section lait de la FRSEA Centre - Val de Loire encourage les producteurs à aller renégocier avec leurs laiteries pour obtenir un prix en lien avec leurs charges.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Jerome Chabanne

Les responsables lait de la FRSEA Centre – Val de Loire souhaitent que les producteurs prennent les devants. Ce n’est qu’en sollicitant des rencontres avec les laiteries et en apportant la preuve de ce ciseau prix du lait et marges, que les producteurs pourront renégocier et obtenir une revalorisation du prix du lait. Bruno Verkest, le président de la section lait, va plus loin et indique «les producteurs ne peuvent plus se contenter d’une avance de trésorerie. La seule solution est la revalorisation. Aujourd’hui les contrats et la loi permettent de le faire. Alors servons-nous en».

Activer une clause de «survie»

«Les outils existent et doivent nous permettre de retrouver de la marge sur notre exploitation», rappelle Brigitte Sibout, membre de la section lait régionale. «Nous demandons la prise en compte des charges par l’ensemble de la filière !» La clause dite «de sauvegarde», inscrite dans certains contrats entre les producteurs et les laiteries est à généraliser. Cette clause est prévue pour pallier un éventuel décalage entre le calcul du prix du lait suivant les indicateurs de marché et la réalité. «Notre réalité aujourd’hui est un prix du lait totalement déconnecté de notre environnement», commente Bruno Verkest.

En 2014, peu de laiteries ont honoré leurs contrats en ne payant pas le lait à sa juste hauteur sous prétexte d’un marché intérieur en panne. La réalité aujourd’hui est différente. Les GMS (Grandes et Moyennes Surfaces) indiquent avoir conclu leur négociation avec les laiteries sur la base d’un prix à 340 € payé au producteur en moyenne pour 2015. Brigitte Sibout de confirmer : «Si on laisse faire les laiteries, il va nous manquer plus de 30 €/1000 L en fin d’année. Activer cette clause de survie (ou de sauvegarde)  pour couvrir nos charges doit être notre principal objectif dès aujourd’hui et pour les 6 derniers mois de l’année.»

La FNPL, le porte-parole des producteurs de lait

La Fédération Nationale des Producteurs de Lait porte une voix commune pour tous les producteurs de lait. Sa mission de défense se traduit par deux axes de travail : apporter de l’information et des outils (d’éclairage économique, de veille concurrentielle,…), et interpeller les maillons de la filière qui ont un impact direct sur le revenu des éleveurs. C’est dans ce cadre que la FNPL a pris l’initiative de rencontrer la grande distribution, le 10 juin dernier et les transformateurs, le 16. Suite à ces rencontres, la FNPL a demandé aux entreprises de mettre en œuvre au plus vite la clause de sauvegarde dans le cadre des contrats privés ou coopératifs afin d’atteindre un meilleur niveau de prix à la production dès le mois de juillet. En accord avec les organisations de producteurs (OP), une période de négociation entre entreprise et producteur est laissé jusqu’au 5 juillet. Le bilan des prix proposés pour juillet permettra de définir les cibles et les actions syndicales.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui