Loiret Agricole et Rural 19 juin 2015 à 16h00 | Par Sabrina BEAUDOIN

Quand un fils d'agriculteur remporte le Mans...

24 Heures du Mans 2015. Porsche renoue avec la victoire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Podium 2015 : Doublé Porsche devant Audi. (© Sonia Maalem/Tout-F1) Patrick Dempsey monte sur le podium en LM GTE Am. © Sonia Maalem/Tout-F1 Conférence de presse après course, Earl Bamber, Nico Hulkenberg et Nick Tandy, vainqueurs des 24 heures du Mans. © Sabrina Beaudoin

Ce week-end s'est déroulé la 83e édition des 24 heures du Mans. Porsche a réussi à détrôner Audi au terme des 24 heures de course. La victoire de la Porsche 919 Hybrid n°19 est exceptionnelle. C'est la 17e victoire de Porsche au Mans, 45 ans plus tard, avec un équipage novice. Nick Tandy prenait son troisième départ. Nico Hulkenberg et Earl Bamber découvraient le Mans. On retient d'ailleurs la belle prestation de Nico Hulkenberg. C'est la première fois depuis 1978 avec le français Didier Pironi qu'un pilote de F1 en activité (engagé sur la saison complète) remporte le Mans.

Porsche réalise aussi le doublé avec la deuxième place de Mark Webber-Brendon Hartley-Timo Bernhard. Le podium est complété par la troisième place de l'Audi R18 e-tron quattro de Marcel Fässler-André Lotterer-Benoît Tréluyer, les vainqueurs de 2014. A noter qu'André Lotterer peut se satisfaire du meilleur tour en course jamais réalisé au Mans.

Zoom sur Earl Bamber, fils d'agriculteur

Earl Bamber a dû bâtir sa carrière seul. «J'ai toujours dû me battre pour y arriver, il fallait que je sois le meilleur dans chaque catégorie à laquelle j'ai participé. Mais, vous continuez à vous battre et un jour on vous appelle pour faire le Mans !» avouait-il.  Earl Bamber a eu un parcours atypique. Le pilote néo-zélandais a grandi dans une ferme à 75 kilomètres de Wanganui en Nouvelle Zélande. Fils d'agriculteur, le jeune pilote n'avait pas forcément les fonds pour pouvoir débuter une carrière en sport automobile. Pourtant, c'était le rêve de sa vie. Depuis l'âge de 3 ans, il «conduit» des voitures. La première fois, c'était sur les genoux de son père au volant d'une camionnette pour aller chercher le courrier dans la boîte aux lettres. «J'ai appris à conduire sur notre ferme quand j'avais 3 ans. Mon papa m'avait fait un go-kart pour mon septième anniversaire, et j'étais effectivement très lent au début, mais je me suis amusé. Je ne pensais pas que j'arriverais à en faire ma profession.» Bamber a pu rouler en karting et monoplace Asie durant plusieurs années. C'est seulement en 2013, lorsqu'il gagne le championnat Porsche Carrera Cup au volant d'une Porsche 911 GT3 Cup que sa carrière débute réellement. Cette même année, Earl Bamber est lauréat du Porsche Motorsport International Scholarship ce qui lui permet d'obtenir une bourse de 200 000 EUR pour rouler en Porsche Mobil 1 Supercup en 2014. Il obtient le titre la même année. «Après ma victoire en Supercup, ce fût douze mois incroyable pour arriver ici. Merci à Porsche de m'avoir fait confiance. C'est au-delà de mes rêves les plus fous. Il y a six mois j'ai fait dix tours et après on m'a dit que j'allais faire Le Mans. Aujourd'hui, on est sur la plus haute marche du podium» avoue-t-il en conférence de presse après la course.

Comme quoi, on peut grandir dans une ferme et décrocher le graal du sport automobile : remporter les 24 heures du Mans !

Résultat des autres catégories :

En LM P2, l’équipe chinoise KCMG offre  à Oreca la victoire pour la première participation mancelle de son nouveau prototype 05. L’un des grands exploits de ces 24 Heures 2015 est signé par Corvette. Après le forfait de sa deuxième voiture, la seule Corvette C7.R d’usine restant en course remporte la catégorie LM GTE Pro avec Oliver Gavin-Tommy Milner-Jordan Taylor. Le dernier coup de théâtre a eu lieu en catégorie LM GTE Am, lorsqu’à 30 minutes du drapeau à damier, l’Aston Martin Vantage V8 n°98 sort de la piste à cause de quelques gouttes de pluie, offrant ainsi la victoire à la Ferrari 458 Italia n°72 de Victor Shaytar-Aleksey Basov-Andrea Bertolini. On retiendra surtout les larmes de joies de Patrick Dempsey, alias Docteur Mamour dans la série américaine Grey’s Anatomy et de ses équipiers Patrick Long et Marco Seefried, au moment de monter sur la deuxième marche du podium de la catégorie LM GTE Am.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,