Loiret Agricole et Rural 05 mars 2014 à 08h00 | Par SNPR

Propriétaires ruraux - "Halte au gâchis du foncier !"

Josiane Béliard, présidente de la SNPR (Section nationale des propriétaires ruraux) est contre le gaspillage des terres agricoles et elle s'explique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FDSEA51

Josiane Béliard vous êtes la président de la SNPR, vous tenez votre assemblée générale à Beauvais, le 7 mars. Quel est le thème de réflexion que vous avez retenu pour vos travaux ?


Josiane Béliard : En retenant comme mot d’ordre, « halte au gâchis du foncier », nous voulons dire aux élus, à tous les décideurs qu’il y a urgence à se préoccuper du gaspillage des terres agricoles. Malgré la sonnette d’alarme qui a pu être tirée depuis quelques années, l’évolution est toujours négative. (La France artificialise plus de 70 000 hectares de terre par an, soit l'équivalent en quatre ans de la surface agricole d'un département).


Est-ce que la loi d’avenir n’apporte pas des mesures pour mettre un terme à ce gaspillage ?


JB : La loi d’avenir renforce le rôle des Commissions départementales de consommation des espaces agricoles (CDCEA) créées en 2010, sans toutefois parvenir à un avis conforme qui s’imposerait. Certes, tous les acteurs du foncier, qu’il s’agisse de l’administration, des collectivités territoriales, des propriétaires, des agriculteurs, les organisations environnementales… ont leur mot à dire, mais leur avis reste consultatif.


Quelles sont les propositions que vous mettez sur la table ?


JB : Nous devons faire du lobbying auprès des collectivités locales pour leur faire prendre conscience de la nécessité d’avoir une approche sobre de la consommation des terres. Dans ce cadre, les propriétaires doivent absolument être consultés. L’agriculture est non seulement porteuse d’économie, mais elle participe aussi à la biodiversité naturelle et à l’entretien des paysages. Cette sobriété doit s’exprimer dans le renouvellement urbain en faisant appel à de nouveaux modes d’urbanisation moins consommateurs d’espace. Pour ce qui nous concerne nous entendons mettre l’accent sur la réhabilitation des friches industrielles qui constituent de très vilaines cicatrices dans nos villes. Autre situation qui arrive fréquemment et sur laquelle nous souhaitons également nous mobiliser : le retour à l’agriculture de terrains achetés par les collectivités, il y a quelques années et qui sont actuellement en friche. Il arrive souvent en effet que les municipalités ont acquis des terrains pour réaliser des projets qu’elles n’ont pas ou partiellement réalisés. Enfin notre attention se porte sur la nécessité de conserver le potentiel de production agricole quand il a été amputé par exemple par le retrait de terres. Je pense à la Vendée par exemple qui doit faire face à un flux migratoire important non seulement l’été, mais aussi pour un habitat permanent.


Dans certains cas, l’irrigation a permis de maintenir le potentiel de production. Est-ce que vos propositions ne sont pas trop coûteuses ?


JB : Il est vrai qu’on peut nous objecter que nos propositions sont trop coûteuses, notamment en matière de réhabilitation urbaine. Nous répondons qu’il existe des exemples réussis à Nantes, en Haute-Normandie, en Ardèche par exemple où il a été possible de créer des logements locatifs ou d’installer de nouvelles entreprises dans d’anciennes friches industrielles. Quant au financement, les conseils régionaux, les conseils régionaux, voire l’Union européenne et dans certains cas l’Ademe, pour la dépollution, sont prêts à apporter leur concours. Quand il y a de la volonté, il y a un chemin.

 

 

 



Pouvez-vous nous présenter votre parcours ? 
Josiane Béliard :
je suis originaire de la Manche où j’étais agricultrice sur une exploitation d’élevage (lait et viande). J’ai pris ma retraite le 1er juillet 2011.
Depuis les années 1980, je me suis engagée dans de multiples responsabilités professionnelles à la FDSEA, la MSA et la Chambre d’agriculture. Impliquée dans la Section départementale des propriétaires ruraux de la Manche depuis 1992, je suis devenue présidente départementale en 2005, secrétaire générale de la SNPR en 2008 et présidente depuis février 2011. A mon départ en retraite, j’ai loué mes terres et un bâtiment à un jeune agriculteur par bail à long terme de 25 ans.

Quelles sont les missions de la section nationale SNPR ? 
Josiane Béliard :
Les propriétaires ruraux sont très divers mais ont des points communs. Ils ont tous un lien fort avec l’agriculture même s’ils ne sont pas agriculteurs eux-mêmes, et ils ont tous la volonté de bien gérer leur patrimoine, quelle que soit la taille de leur propriété. Pour cela, ils ont besoin d’information sur le statut du fermage et sur l’évolution des réglementations. La section a ce rôle d’information. Elle répond aux questions de ses membres, défend leurs intérêts et les assiste juridiquement si nécessaire.

Quels sont les dossiers d’actualité que vous avez à traiter ? 
Josiane Béliard :
Nous avons des choses à dire aux élus et aux associations environnementales pour gérer intelligemment l’environnement, par exemple sur les zonages : zones de captage des eaux, Natura 2000, trame verte et trame bleue…
Une question se pose quand les agences de l’Eau ou les collectivités territoriales réalisent des acquisitions foncières : quelles seront les compensations vis-à-vis des exploitants mais aussi des propriétaires ? Enfin, le troisième enjeu, c’est de maintenir les terres pour l’agriculture tout en rendant le statut du fermage attractif. Je pense qu’il faut assouplir ce statut en laissant par exemple une possibilité de négociation entre le propriétaire et le fermier avant un investissement.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui