Loiret Agricole et Rural 14 novembre 2013 à 08h00 | Par OJ

Portrait. - Pour Christian Hubeau, l’avenir se dessine aujourd’hui

L’agriculteur de Bromeilles, qui prendra sa retraite en 2015, a trouvé son successeur et continue à investir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
« Cela va s’éclaircir au cours des six ou sept ans qui viennent ! »
« Cela va s’éclaircir au cours des six ou sept ans qui viennent ! » - © Loiret agricole et rural

Producteur de céréales et d’oléagineux à Bromeilles, Christian Hubeau prendra sa retraite en 2015. Et, dans les années qui viennent, ce sera également le cas de nombreux de ses collègues du secteur. « Cela va s’éclaircir au cours des six ou sept ans qui viennent » commente l’agriculteur. « Cependant, les exploitations ne resteront pas en jachère : les structures seront de plus en plus grandes. Mais plus on a de travail à faire, moins la qualité de celui-ci est au rendez-vous. Ce n’est pas la grandeur de l’exploitation qui fera la beauté de l’agriculture. Cela risque de se terminer en chacun pour soi. »

Christian Hubeau a trouvé son successeur : son gendre. Ce dernier réside en Seine-et-Marne, à une douzaine de kilomètres. « Les démarches ne sont pas encore engagées mais c’est rassurant de savoir que la reprise s’opérera dans le cadre familial » déclare le Bromeillois. Et pour entretenir une entreprise, il faut investir sans cesse : au printemps dernier, notre interlocuteur a acquis un distributeur d’engrais avec guidage GPS pour une somme de 22.000 €.

« L’ancien semoir à rampe, qui avait trente ans d’âge, était au bout du rouleau et j’ai passé beaucoup de temps à l’entretenir ! Or il faut aller de l’avant. Je n’ai plus besoin d’emmener ma remorque dans les champs pour aller épandre : je vais charger directement mes engrais à la coopérative de Puiseaux. J’épands mon engrais en vingt-quatre mètres alors qu’avec l’ancienne machine je travaillais en douze mètres. »

 

Un taux de protéines à 15,5 %

Quels sont les avantages du guidage par GPS ? « À mon arrivée sur la parcelle, je positionne mon distributeur pour faire le périmètre de la parcelle. Dès que celle-ci est enregistrée, je m’engage dans les passages suivants : l’automatisme se déclenche pour l’ouverture et la fermeture de l’épandage. Le GPS reconnaît l’endroit où il y a eu de l’engrais et se coupe automatiquement. Dans les pointes, le GPS travaille par tronçon et apporte la même quantité d’engrais que sur le reste de la parcelle. » Autres atouts du système : des économies d’engrais et un gain de temps.

En octobre 2011, Christian Hubeau a investi 75.000 € dans un tracteur de 150 CV. « J’avais un autre tracteur qui était un peu faible au niveau du relevage. » La machine en question, d’une puissance de 125 CV, totalisait 2.500 heures de travail : son propriétaire l’a revendue afin d’acquérir son nouvel engin. L’intéressé utilise son tracteur entre quatre cents et cinq cents heures par an.

Entre 22.000 et 25.000 € : c’est la somme que l’agriculteur dépense chaque année en produits phytosanitaires. Idem pour les engrais. « Je n’ai qu’un seul fournisseur : la coopérative de Puiseaux. Les techniciens ne poussent pas à la consommation. »

Le blé améliorant représente 60 % de l’activité de l’établissement. « Dans la mesure où la coopérative a un marché, on approvisionne celle-ci. » Le taux de protéines du blé améliorant se situe à environ 15,5 %. « Ce n’est pas plus difficile à faire que du blé panifiable. Mais il faut un suivi de la parcelle rigoureux. »

De 50 à 60 € de plus par tonne

Atteindre le taux de protéines exigé nécessite davantage d’engrais : de 50 à 80 unités en plus. La majoration de la rémunération qui y est associée, de 50 à 60 € de plus la tonne par rapport à du blé panifiable, trouve sa justification dans les coûts supplémentaires engendrés.

Cette année, l’agriculteur n’a rencontré aucun problème avec le tournesol alors qu’en 2012 il avait recommencé cette culture à trois reprises ! « Les pigeons étaient dans le colza et, quand le tournesol a atteint le stade de feuille, celui-ci ne risque plus rien. » L’exploitant poursuit : « On a fait les semis plus tard : le 22 avril au lieu de début avril. Conséquence : la terre étant réchauffée, le tournesol a levé plus vite et les oiseaux n’ont pas eu le temps de l’attaquer. »

Le professionnel fait encore ce commentaire : « Les pigeons ne migrent plus comme avant vers le Sud-Ouest et au-delà des Pyrénées. » Un signe du dérèglement climatique…

L’exploitation en chiffres

 

- SAU : 165 ha.

- Assolement avec, entre parenthèses, les rendements 2013 : blé tendre : 18 ha (77 q/ha) ; blé améliorant : 34 ha (68 q/ha) ; orge de printemps : 63 ha (67 q/ha) ; colza : 14 ha (25 q/ha) ; tournesol : 28 ha (40 q/ha) ; jachère : 8 ha.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui