Loiret Agricole et Rural 05 septembre 2014 à 14h00 | Par Agrafil

Les chambres d'agriculture évaluent les dégâts respectifs de l'embargo russe

«Les produits agricoles sont peut-être les nouvelles armes que s'échangent les Russes et l'Union européenne», lançait Guy Vasseur, le président des chambres d'agriculture (APCA) le 3 septembre lors de la conférence de presse de rentrée à Paris.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Gabriel Omnès

Les filières les plus touchées par l'embargo russe sont les viandes et préparations à base de viande (20% des exportations agroalimentaires vers la Russie), les produits laitiers (11%), les céréales (10%), les aliments pour animaux (10%) et enfin, les fruits et légumes (5%). «La France est le premier fournisseur pour la Russie de chou-fleur et brocoli», détaille Claude Cochonneau, le vice-président de l'APCA. Il semblerait pourtant que l'embargo ne soit pas une décision ferme : «les Russes devront doser pour ne pas trop toucher leur marché intérieur. La semaine dernière, par exemple, on a vu la levée de l'embargo pour les plants de pomme de terre», analyse Claude Cochonneau. Autre inquiétude : les nouveaux flux commerciaux qui se mettent en place avec la Russie. Notamment du côté des pays d’Amérique Latine et de la Turquie pour les fruits et légumes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui