Loiret Agricole et Rural 07 septembre 2018 à 12h00 | Par LAR

Le Concours international de roses fête ses 60 ans

Du 12 au 16 septembre se tiendront les Journées de la rose à Orléans.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Sabrina Beaudoin

Le 60e Concours International de Roses se tiendra à Orléans du 12 au 16 septembre. A l’occasion de ce 60e anniversaire, Orléans Métropole met les petits plats dans les grands et convie le public à cet événement professionnel. L’édition 2018 enchaînera visites et défilés et tentera de séduire le public avec « la Reine de nos jardins ».

Le premier Concours International de la Rose d’Orléans s’est tenu en 1959. La tradition horticole orléanaise est bien plus ancienne. Il faut remonter au XVIIIè siècle lorsque des plantes d’Amérique et d’Asie étaient importées en France. Ces produits arrivaient à Nantes et étaient transportés par bateau par la Loire. C’est ainsi qu’Orléans a développé, tout au long de la Loire, le berceau de l’horticulture. « Cette sensibilité de la cité johannique pour les fleurs s’amplifie au fil des siècles, lancement de la Fête de la Saint-Fiacre en 1806, naissance en 1830 de la Société horticole d’Orléans et du Loiret, création de plus de soixante entreprises familiales d’agriculture à la fin des années 1960... »
En 1950, Orléans est capitale de la rose. Elle fournit à elle seule plus du quart de la production française, grâce, à la production de plus de 5 millions de rosiers et à l’activité créatrice de nombreux obtenteurs et producteurs. Notons qu’aujourd’hui, la plus grande partie des cultures de rosiers du Loiret se trouve concentrée dans la région de Bellegarde.

Le Concours International de Rose se tient en septembre. Seuls deux concours de ce type existent en Europe : l’un à Orléans, l’autre à Roeulx, en Belgique. L’objectif est de juger, notamment, la remontance du rosier. « Cette année, les rosiers qui vont être jugés sont en très bons états. Le concours d’Orléans est apprécié car il permet de juger les rosiers dans la durée » explique Pascal Pinel, directeur des Roses Anciennes André Eve. Aujourd’hui, le marché des roses essaye de suivre une nouvelle ligne de conduite en combinant trois critères : la durée de floraison, la résistance aux maladies et le parfum. Ces rosiers présentés au concours ont déjà 5 ans.

Un jury international composé de professionnels et d’amateurs de roses aura pour mission d’évaluer et de noter chaque rosier présenté dans sa seconde année de culture. Ces rosiers plantés au sein de la roseraie créée au jardin des plantes en 1959, seront également notés par la Commission permanente qui suit les rosiers durant deux saisons.
En 2018, ce sont 34 rosiers qui sont présentées au Jardin des plantes, dont 31 rosiers buissons et paysagers et 3 rosiers grimpants. Il sont présentés par 11 rosiéristes obtenteurs nationaux et internationaux : l’obtenteur Harkness pour l’Angleterre, Tantau et Kordes pour l’Allemagne, Poulsen pour le Danemark, Meilland, Delbard, Eve, Orard, Paul Croix, Adam et Nirp International pour la France.

Les roses sont valorisées à Orléans notamment dans la roseraie Jean-Dupont, qui regroupe les obtentions anciennes orléanaises depuis 1834, le jardin de roses du jardin des plantes où tous les rosiers primés sont conservés et la roseraie du parc floral de la source. « Etre primés au Concours International de Rose est un plus pour la vente. C’est un gage de qualité. Le public souhaite avoir un rosier dont on ne s’occupe presque plus mais avec une bonne floribondité et un parfum agréable » précise Aude de Quatrebarbes.

Plusieurs prix seront décernés
✓ Rose d’Or : C’est le premier prix du concours remis pour une note supérieure à 14/20.  En dessous, le premier rosier recevra la Médaille de la Ville d’Orléans. Sont pris en compte les qualités générales du rosier, son parfum, sa floribondité, ses qualités sanitaires. Depuis 1959, 31 rosiers ont reçu la Rose d’Or.
✓ Prix du Parfum : Ce prix est décerné par la Société d’Horticulture d’Orléans et du Loiret depuis 2003 pour une note égale ou supérieure à 13/20 pour le parfum et égale ou supérieure à 12/20 pour les qualités générales.
✓ Prix de l’Environnement : Remise par l’Union Horticole Orléanaise depuis 2003, cette récompense est attribuée aux rosiers ayant obtenus une note supérieure ou égale à 13 pour l’état sanitaire et égale ou supérieure à 12 pour les qualités générales.
✓ Prix du Public : C’est le public qui choisi sa rose préférée.
✓ Prix des Enfants : Nouveauté 2018, une médaille d’argent sera remise aux rosiers ayant une note égale ou supérieure à 12. « C’est important pour nous que les enfants participent. C’est dès le plus jeune âge que l’on peut apprécier le jardin et le végétal. En participant à l’aventure, ils auront un autre œil sur les roses » assure  Aude de Quatrebarbes, Adjointe au Maire à la coordination de la politique de proximité et gestion du domaine public
Alex Lutz, réalisateur et comédien français, résidant à Orléans, sera l’invité d’honneur de l’édition et présidera le jury de professionnels. Il sera également le parrain d’une rose créer par les Roses Anciennes André Eve.
L’association Famous Art a été créée en 2007. Elle met l’artistique au service de causes humanitaires, telles que la lutte contre la précarité infantile.  L’association est déjà venue en aide à plus de 1600 enfants et a réalisé 16 missions humanitaires.  « Nous sommes sur une démarche culturelle, artistique, sociale et humanitaire » assure Tina Blanche, fondatrice de l’association. « Et puis la rose, c’est la beauté, c’est la femme, c’est la mode » insiste Béatrice Odunlami, Adjointe au Maire à l’évènementiel. Un défilé de mode signé Martial Tapolo, designer surdoué camerounais, organisé par l’association Famous Art, se tiendra jeudi 13 septembre.

A l’occasion des 60 ans du concours, le grand public est invité à accompagner les professionnels de l’horticulture durant l’événement qui se tiendra du 12 au 16 septembre.

Le 60e Concours International de Roses se tiendra à Orléans du 12 au 16 septembre. A l’occasion de ce 60e anniversaire, Orléans Métropole met les petits plats dans les grands et convie le public à cet événement professionnel. L’édition 2018 enchaînera visites et défilés et tentera de séduire le public avec « la Reine de nos jardins ».
Le premier Concours International de la Rose d’Orléans s’est tenu en 1959. La tradition horticole orléanaise est bien plus ancienne. Il faut remonter au XVIIIè siècle lorsque des plantes d’Amérique et d’Asie étaient importées en France. Ces produits arrivaient à Nantes et étaient transportés par bateau par la Loire. C’est ainsi qu’Orléans a développé, tout au long de la Loire, le berceau de l’horticulture. « Cette sensibilité de la cité johannique pour les fleurs s’amplifie au fil des siècles, lancement de la Fête de la Saint-Fiacre en 1806, naissance en 1830 de la Société horticole d’Orléans et du Loiret, création de plus de soixante entreprises familiales d’agriculture à la fin des années 1960...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui