Loiret Agricole et Rural 16 janvier 2015 à 12h00 | Par Agrafil

La renationalisation de la culture des OGM fera peu de gagnants selon l'AFBV

La renationalisation de la culture des OGM «fera de nombreux perdants mais peu de gagnants», indique dans un communiqué publié le 14 janvier l’Association française des biotechnologies végétales (AFBV).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © V. Marmuse/CAIA

Les nouvelles dispositions laissent en effet aux États-membres la possibilité de refuser, sur tout ou partie de leur territoire, la culture d’une plante génétiquement modifiée (PGM) évaluée sans danger pour la santé et l’environnement par les instances scientifiques d’évaluation communautaires, explique l’AFBV. «Cette nouvelle règlementation laissera le champ libre à l’idéologie», pronostique l’association. Et aussi le champ libre aux distorsions de concurrence : la France, comme les autres pays de l’UE, continuera à importer d’importantes quantités de protéines issues de PGM pour alimenter ses animaux d’élevage. Pour autant, selon l'AFBV, cette renationalisation «permettra aux pays européens qui refusent l'obscurantisme», comme la Grande-Bretagne, l’Espagne, le Portugal… «de libérer leur recherche» en développant des plantes génétiquement modifiées.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui