Loiret Agricole et Rural 18 mai 2017 à 13h00 | Par Agrafil

La nomination de Nicolas Hulot comme ministre de la Transition écologique divise

La nomination de Nicolas Hulot, ancien président de la Fondation écologiste du même nom, au poste de ministre de la Transition écologique et solidaire, sans surprise, divise.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © EPA / MAXPPP

"Pour les chasseurs, c'est la douche froide", explique Thierry Coste, conseiller politique à la Fédération nationale des chasseurs, le 17 mai. L'organisation qualifie le nouveau ministre "d'anti-chasseur" et s'inquiète des dossiers comme celui de la police de la nature et de l'Agence française de la biodiversité à laquelle ils envisageaient d'adhérer. "Mais les conditions ne semblent plus être réunies avec la nomination de N. Hulot", soupire-t-on à la FNC qui va demander un rendez-vous avec le Président de la République. Au contraire, pour la Ligue pour les oiseaux, sa nomination est «un signal positif adressé à la communauté scientifique, aux associations et à tous les Françaises et les Français conscients du défi que représente la nécessaire transition écologique.» Même enthousiasme pour le Syndicat des énergies renouvelables: Jean-Louis Bal, son président, affirme que "cette transition constitue une formidable opportunité de progrès économique, social et sociétal." Et de nuancer: "Beaucoup a été fait ces dernières années, mais le chantier reste immense".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

BERTRAND (40) | 18 mai 2017 à 14:56:38

On comprend que ces ministres avec des salaires de 9000 ?/mois peuvent faire la pluie et le beau temps...ne nous laissons pas intimider par ce qui nouveau..le proverbe idiot dit "tout ce qui est nouveau est beau". dans cette société kleenex, faisons en sorte que des Macron et des autres on en a rein à faire.. L'agriculture ne sera durable que si rentable...le reste c'est du vent...

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui