Loiret Agricole et Rural 30 juin 2017 à 08h00 | Par Actuagri

La FNSEA rencontre le ministre : Les Etats généraux de l’alimentation, priorité pour la profession

La FNSEA a rencontré le 27 juin le nouveau ministre de l’agriculture, Stéphane Travert, pour aborder les sujets prioritaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Actuagri

Au-delà des urgences comme les aléas climatiques, le premier chantier à aborder est celui des Etats généraux de l’alimentation qui doivent s’ouvrir en juillet. Les producteurs attendent en particulier des mécanismes pour garantir un retour de la valeur à l’amont de la filière. Peu après son arrivée rue de Varenne, le nouveau ministre de l’agriculture Stéphane Travert a reçu le 27 juin la présidente et le secrétaire général de la FNSEA, Christiane Lambert et Jérôme Despey, pour un tour d’horizon des dossiers. Les difficultés urgentes ont été soulevées par les représentants de la profession – aléas climatiques, sécheresse, fruits et légumes d’été, loup, canne à la Réunion… - qui ont salué le « pragmatisme » de leur interlocuteur. Une part importante des deux heures de discussion a bien sûr été consacrée aux Etats généraux de l’alimentation, qui doivent s’ouvrir le 10 ou le 11 juillet, « et dont nous attendons beaucoup », a rappelé Christiane Lambert. La présidente de la FNSEA place « au cœur des débats la question de la répartition de la valeur » et celle du prix payé au producteur. « La valeur détruite chaque année par [la] guerre des prix fratricide est évaluée à 1,5 milliard d’euros », souligne-t-elle. Elle suggère ainsi de mettre un peu plus de « moralisation », puisque le mot est en vogue, dans les négociations commerciales. « Il faut aujourd’hui tout mettre sur la table et modifier des éléments de la LME qui permettrons de travailler mieux », dans le cadre de la première phase des états généraux qui s’achèvera en septembre. « Nous avons envie d’être très, très participatifs, et nous proposerons des intervenants dans chacun des 10 groupes de travail », ajoute Christiane Lambert.

Ne pas opposer les modèles

Quant à la deuxième phase des Etats généraux, elle concernera plus particulièrement les adaptations possibles de l’agriculture pour mieux répondre aux attentes des consommateurs. Pas question, à ce sujet, de s’inscrire dans une polémique qui opposerait des modèles agricoles entre eux, prévient Christiane Lambert qui trouve « important de ne surtout pas opposer : la grande chance de l’agriculture française, c’est qu’elle est extrêmement diversifiée ». « C’est ça qu’il faut d’abord montrer, dire aux Français que pour maintenir cette diversité de l’agriculture, cela suppose de rétribuer les producteurs à un prix qui leur permet d’une part de tirer un revenu, mais aussi de moderniser et d’investir » insiste-t-elle. Ce revenu décent reste un préalable pour permettre aux agriculteurs de s’adapter et de répondre aux attentes de leurs concitoyens, ce qu’ils font déjà depuis de nombreuses années : « nous avons tous les jours des exemples d’agriculteurs qui concilient agriculture et environnement sur leur exploitation », rappelle la présidente de la FNSEA, qui évoque l’agriculture raisonnée, écologiquement intensive ou l’agriculture de conservation des sols. « La transition écologique en agriculture est en marche et n’a pas attendu ce gouvernement », explique-t-elle, avec l’intention d’en discuter avec Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique, lors d’un rendez-vous prévu le 3 juillet. Elle compte notamment mettre en avant les contributions positives de l’agriculture sur tous les sujets qui ont trait à l’environnement (biodiversité, énergies renouvelables…), insistant sur le pragmatisme et surtout la volonté de ne pas opposer agriculture et écologie.

Néonicotinoïdes : « rien de nouveau », indique Christiane Lambert

Si les proches du ministre de la transition écologique, Nicolas Hulot, se sont insurgés le 26 juin d’une affirmation de Stéphane Travert sur les dérogations concernant l’usage des néonicotinoïdes, la présidente de la FNSEA rappelle que le débat n’a pas lieu d’être puisque « la loi sur la biodiversité votée en faveur de l’interdiction des néonicotinoïdes en 2018 donne des possibilités de dérogations jusqu’en 2020 », comme l’a d’ailleurs indiqué un communiqué du premier ministre diffusé pour mettre fin à ce début de polémique. Ces dérogations, poursuit Christiane Lambert, seront activées « dès que nécessaire » et correspondent, comme pour l’épandage aérien de pesticides, à une nécessité en cas d’impasse technique : « dans les coteaux d’Alsace, très escarpés, on ne peut pas envisager autre chose que des épandages aériens ponctuels quand un danger sanitaire fait craindre de perdre la totalité du vignoble. La dérogation existe parce qu’elle est une nécessité sanitaire », illustre-t-elle. Ces dérogations doivent permettre de continuer à produire en attendant que les innovations apportent des solutions techniques également efficaces. Encadré : Simplification : une liste de proposition remise à Stéphane Travert« Nous avons remis ce matin au ministre un document qui reprend tout ce que nous avons investigué en matière de simplification », a expliqué Christiane Lambert à l’issue de son rendez-vous avec le ministre de l’agriculture, Stéphane Travert, le 27 juin. Chaque ministère doit en effet alimenter le gouvernement dans le cadre de la loi sur la simplification en préparation (loi qui comprend la possibilité d’un droit à l’erreur, attendu par les exploitants agricoles). Le document liste par exemple des propositions sur les ICPE (Installations classées pour la protection de l’environnement), notamment pour simplifier le remplissage des dossiers ou pour raccourcir les délais, ou encore des pistes en matière de fiscalité, où l’on constate « beaucoup de doublons » dans les formulaires à remplir, a indiqué la présidente de la FNSEA.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes