Loiret Agricole et Rural 11 mars 2020 à 12h00 | Par Doriane Mantez

L'ancestrale fête agricole giennoise perdure

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le 10 mars, les élus de la commune de Gien on inauguré la 1 440e Foire des cours, qui comptait une cinquantaine d'exposants.
Le 10 mars, les élus de la commune de Gien on inauguré la 1 440e Foire des cours, qui comptait une cinquantaine d'exposants. - © Doriane Mantez

Cette année encore, la ville de Gien a accueilli sa traditionnelle Foire des cours. Deux jours ont même été consacrés à cette 1 440e édition : dimanche 8 et mardi 10 mars. « La plus vielle foire de France n'est pas prête de s'éteindre », ont lancé fièrement Jérôme Loiseau et William Desplanches, respectivement président et président adjoint de l'association en charge de cette manifestation, lors de la visite inaugurale le mardi.

Bien que l'authentique jour de la foire reste le mardi, le dimanche a été ajouté pour que les familles puissent aller à la rencontre du monde rural et découvrir sur la place de la Victoire un large panel d'animaux de la ferme (vaches, chevaux, ânes, chèvres, moutons, cochons, volailles...), des expositions de matériels agricole et un marché de producteurs locaux.

- © Doriane Mantez

Le mardi, ce sont les quais et la place Jean-Jaurès qui ont accueilli la fête agricole giennoise à proprement parler, avec une cinquantaine de commerçants et d'artisans, l'exposition de vieux matériels, ainsi que quatre ateliers destinés aux écoliers : fabrication du pain, récolte du miel, soin à apporter aux poneys et découverte des animaux de la ferme.

Les ruchers de Saint-Florent ont présenté le métier d'apiculteur aux jeunes curieux.
Les ruchers de Saint-Florent ont présenté le métier d'apiculteur aux jeunes curieux. - © Doriane Mantez

« Tout au long de cette journée, près de 600 enfants ont profité du pôle pédagogique mis en place autour de ces 4 ateliers, souligne Alain Colpin, adjoint au maire en charge de la manifestation. L'idée est de sensibiliser les très jeunes à l'agriculture, de créer des motivations et susciter des envies ».

Même sous un temps tout gris, les exposants présents avaient le sourire. Pour beaucoup, « cette foire n'est pas un lieu où l'on gagne de l'argent, mais on a plaisir à retrouver chaque année et à faire vivre cette ancestrale fête agricole ».

- © Doriane Mantez

Apprendre la trompe
L'école de trompes du musée de la chasse de Gien redevient une pépinière et forme à nouveau les sonneurs de demain. Tous les jeudis de chaque mois, le talentueux Guyaume Vollet donne des cours collectifs de trompe de chasse, de 17 à 21 heures. Ouverts à tous les élèves, hommes, femmes et enfants, qu'ils soient novices ou confirmés, ces cours, d'une durée de 55 minutes, sont « l'occasion de s'essayer à la trompe et d'apprendre à sonner ou de se perfectionner ». Renseignements et inscriptions au 06.88.51.00.97.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Loiret agricole & rural
La couverture du journal Loiret agricole & rural n°1839 | octobre 2020

Dernier numéro
N° 1839 | octobre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui