Loiret Agricole et Rural 25 avril 2014 à 15h48 | Par Olivier JOLY

Formation - Dix-huit adultes en formation à la MFR de l'Orléanais

Jusqu'à la mi-juillet, un groupe d'adultes prépare le Brevet professionnel de responsable d'exploitation agricole.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les stagiaires sont âgés de 22 à 53 ans et possèdent des qualifications allant du CAP au master.
Les stagiaires sont âgés de 22 à 53 ans et possèdent des qualifications allant du CAP au master. - © Loiret agricole et rural

Depuis le mois de septembre et jusqu'à la mi-juillet, la Maison familiale rurale (MFR) de l'Orléanais forme dix-huit adultes au Brevet professionnel de responsable d'exploitation agricole. Ce titre de niveau bac permet de s'installer en tant qu'agriculteur professionnel. Les stagiaires sont âgés de 22 à 53 ans et possèdent des qualifications allant du CAP au master. La formation s'étale sur 1.200 heures, auxquelles s'ajoutent six semaines de stages. Un cursus financé par le Conseil régional : la formation est gratuite et la personne est rémunérée en fonction de son statut.

Responsable de la formation, Pascal Vergnaud explique : « Nous travaillons beaucoup sur le projet. D'où des sorties auprès des organismes concernés et chez des agriculteurs. Tous les projets sont possibles : grandes cultures, maraîchage, etc. » Les principales matières enseignées sont les suivantes : deux cents heures de comptabilité et de gestion ; deux cents heures de technique ; cent trente heures de travail sur le projet. « Ce sont des matières très professionnelles commente l'animateur : nous sommes en lien avec le terrain. » L'évaluation se fait en cours de formation à travers l'élaboration de dossiers.

Laborantine de métier, Angélique Le Borgne projette de reprendre l'exploitation familiale : deux cents hectares de blé, d'orge et de colza dans l'Eure-et-Loir. « On voit tous les inconvénients d'une rotation limitée : baisse des rendements, développement des maladies et présence d'adventices. Je songe à instaurer des protéagineux et des cultures de printemps. »

En polyculture-élevage

Titulaire d'un bac scientifique, Nicolas Corjon projette de reprendre l'exploitation de polyculture-élevage de son père : cent hectares de céréales et de la dinde de chair en contrat d'intégration. L'entité est située à Mignères. « Mon projet consiste à reprendre quelque chose qui fonctionne. Dans le cadre de la formation, je vois comment on peut travailler à plusieurs. Je souhaite développer et moderniser l'élevage : gestion des effluents et modernisation des bâtiments. Il faut apprendre à avoir un esprit critique plutôt que de vouloir changer le monde ! »

Angélique Le Borgne ambitionne de s'installer sous une forme sociétale en 2015. Quant à son collègue, il se projette plutôt à l'horizon 2020. « D'ici là, je verrai auprès du Service de Remplacement et auprès des coopératives afin d'être salarié en Cuma ou encore manutentionnaire dans une coopérative. L'enjeu : travailler en dehors de la ferme tout en gardant un regard sur celle-ci. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui