Loiret Agricole et Rural 21 novembre 2013 à 08h00 | Par GDA Varennes

Etudes - Un rendez-vous au champ de la chambre d’agriculture

Le GDA de Varennes-Lorris à la découverte des couverts végétaux

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Loiret agricole et rural

Sur une parcelle du lycée agricole du Chesnoy une vitrine de couverts végétaux a été installée le 14 août en collaboration avec la chambre d’agriculture du Loiret. Une quinzaine de couverts simples ou associés ont été semés avec un semoir JAMMET de 6m, directement sur les chaumes de blé. Après deux mois et demi de développement, les agriculteurs du GDA de Varennes-Lorris ont souhaité faire le point sur les différents couverts végétaux. Le 4 novembre dernier. leur conseiller, Boris Lorne, a fait intervenir Justin Guyard conseiller du GDA de Corbeilles en Gâtinais et spécialiste des couverts végétaux de la Chambre d’Agriculture.

La visite a été l’occasion de rappeler que les couverts doivent être choisis et conduits en fonction des objectifs fixés par chaque agriculteur et des moyens disponibles sur l’exploitation. Certains cherchent à produire de la biomasse afin de recycler les éléments minéraux pour la culture suivante : P, K, Mg… sans oublier le principal objectif, l’effet piégeage d’azote (reliquats de la culture précédente, azote minéralisé par le sol et azote capté par les légumineuses). Justin Guyard a également rappelé que les couverts créent des réservoirs de biodiversité.

Plus d’une dizaine d’agriculteurs du GDA ont pu visiter la vitrine. Les couverts simples à base de moutarde étaient déjà trop lignifiés et vont créer une « faim d’azote » pour la culture suivante lors de leur minéralisation. L’avoine rude (elle se lignifie moins vite qu'une moutarde) ne produit pas cet inconvénient, mais c’est une céréale de plus dans nos rotations riches en céréales (risque de fusariose pour l’orge de printemps et développement de mycotoxines DON T2HT2). C’est vers les couverts multiples que le groupe a trouvé le plus d’intérêt notamment le mélange « Carinazote » vendu par la société Deleplanque à base de moutarde d’Abyssinie et de trèfle d’Alexandrie à 8 kg/ha il coute autour de 30 €/ha.


Lire la suite dans le journal du 22 novembre 2013

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui