Loiret Agricole et Rural 20 mai 2016 à 13h00 | Par Agrafil

En France, le métier d'éleveur a une image dégradée mais attire toujours autant les jeunes

"4 200 actifs choisissent le secteur de l'élevage" annonce positivement Christophe Perrot, chargé de mission économie et territoire à l'Institut de l'élevage (Idele), lors du colloque "Attractivité des métiers de l'élevage", organisé par l'Idele, le 17 mai.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Claudine Gérard

Et cela malgré "la lourdeur des investissements, le travail d'astreinte, la volatilité des prix, le poids de l'administration, etc", comme le rappelle le même jour Boris Duflot, économiste à l'Institut français du porc (Ifip). En France, l'image du travail d'éleveur "n'est pas bonne" à l'inverse des Pays-Bas, analyse une éleveuse néerlandaise installée en Bretagne. Elle évoque "la communication positive du métier tout au long de la filière" et la "formation pour communiquer positivement" que reçoivent les futurs éleveurs dans son pays. "En France, beaucoup de chose sont faites, mais il n'y a pas toujours de cohérence et parfois même les contenus sont un peu déprimants", reconnaît-elle. Du côté de l'Irlande, le constat est le même: "les consommateurs ou les ONG n'ont pas une image négative de l'élevage. Ce sont les économistes qui sont très critiques sur ce secteur car il prélève trop de subventions nationales et européennes", note Karl Walsh, conseiller agricole de l'ambassade d'Irlande en France.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes