Loiret Agricole et Rural 12 octobre 2018 à 10h00 | Par Sabrina Beaudoin

Deux journées d'innovations végétales à Orléans

La huitième édition du Plant InterCluster (PIC) s'est tenue à au Centre d'affaires du Crédit agricole à Saint-Jean-de-Braye jeudi 4 et vendredi 5 octobre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Sabrina Beaudoin

Le réseau mondial des clusters du végétal (Plant InterCluster- PIC) a choisi Orléans, territoire au riche patrimoine végétal, pour tenir sa rencontre annuelle.  Le PIC meeting est un événement international en matière de recherche et d'innovation pour les professionnels du végétal. Après Lleida en Espagne l'an passé, le PIC meeting s'est tenu au Centre d'affaires du Crédit agricole à Saint-Jean-de-Braye cette année. Jeudi 4 et vendredi 5 octobre, c'est l'antenne de Vegepolys Centre Val de Loire qui a accueilli cette nouvelle édition du Pic Meeting. Durant deux jours, des représentants de clusters européens et de pôles de compétitivité (centres de recherche, universités, entreprises agricoles, de l'agrofourniture et de l'agroéquipement) ont échangé sur leurs pratiques et réfléchiront à des projets collaboratifs.
« L'innovation est notre moteur. Nous voulons identifier des clusters et développer le lien avec eux pour améliorer nos relations. Ici, nous pouvons beaucoup apprendre les uns des autres » débute Yves Gidoin président de Vegepolys dans une courte introduction en anglais.
Cet évènement est une opportunité pour les acteurs souhaitant collaborer dans le secteur du végétal. « Durant ces deux jours, il était important d'échanger, de partager son expérience et son histoire mais aussi de se conseiller les uns aux autres» poursuit Yves Gidoin. Le Plant InterCluster a été créé en 2010 et est, aujourd'hui, piloté par quatre pôles de compétitivité français du végétal : Agri Sud-Ouest Innovation, Céréales Vallée, Terralia et Vegepolys. Ce consortium a pour objectif de faciliter les échanges européens entre pôles et clusters du végétal dans le but d'aider les PME. Un pôle de compétitivité regroupe des entreprises, des centres de recherche et des organismes de formation. Il s'engage dans une démarche partenariale visant à créer des synergies au sein de projets d'innovation communs. Agri Sud-Ouest innovation, Céréales Vallée, Terralia et Vegepolys ont créé le réseau InterCluster végétal pour faire intégrer les compétences des usines françaises dans le monde entier et mettre en place une stratégie commune, facilitant le développement international des clusters.
Le Plant InterCluster entend développer des innovations sur toutes les plantes : céréales, semences, fruits et légumes, horticulture ornementale, vigne, plantes médicinales et aromatiques.
Cela regroupe un éventail de compétences comme l'amélioration de la santé des plantes, la sélection des semences, le bien- être du végétal, la conservation des fruits et légumes frais et transformés, le service numérique dédié à l'agriculture et toutes les méthodes innovantes de production.
Ce réseau international a pour objectif de créer de solides partenariats internationaux avec des clusters autour de ces secteurs : cidre, céréales, fruits et légumes, plantes ornementales, médicinales, champignons, semences et viticulture.

L'ambition du consortium est de définir l'architecture d'un réseau mondial destiné à promouvoir :
? les échanges de bonnes pratiques en matière de gouvernance de l'innovation,
? le soutien à la coopération technologique et les partenariats pour l'innovation,
? l'identification des compétences complémentaires pour lever les leviers technologiques,
? l'opportunité internationale (valeurs commerciales et recherche).

Trouver le pourquoi !
Après une brève présentation des divers participants venus de la France entière et de l'Europe, Isabelle Jeanneau, directrice de la société Nekoé, est intervenue pour apporter quelques conseils. Nekoé propose des accompagnements clés en main et des offres sur mesure aux organismes de la région Centre-Val-de-Loire. Sa mission est de permettre aux entreprises partenaires de trouver de nouveaux champs de croissance. Isabelle Jeanneau a remis l'humain au centre de la réflexion.
« Pour générer de nouvelles idées, il faut penser à de nouvelles approches » débute-t-elle. « Il y a l'innovation, l'expérience mais aussi le design thinking » Le design thinking est une approche de l'innovation centrée sur l'humain, le consommateur. « Il faut bien penser au pourquoi, avant de penser au comment » précise-t-elle. « Il se peut que vous cherchiez plusieurs pourquoi avant de trouver le bon ! » insiste-t-elle.

«Par exemple la Ruche qui dit oui a choisi de mettre en connexion les agriculteurs et les consommateurs. Le digital a été mis en valeur car il a permis de créer la relation plus rapidement et plus simplement. Ce n'est pas que digital, il y a du lien physique, puisque le consommateur doit aller chercher son panier de légumes à un endroit clé. Il y a également un côté éthique puisque le client peut bénéficier d'un bon produit français à un prix raisonnable » explique Isabelle Jeanneau.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui