Loiret Agricole et Rural 09 janvier 2014 à 08h00 | Par Olivier JOLY

Coop de France - « Il faut que le modèle coopératif soit traité comme un modèle économique à part entière par les instances européennes »

Les 18 et 19 décembre derniers, Porte Maillot à Paris, la coopération agricole tenait son Congrès. Une table ronde sur le thème Compétitivité et gouvernance coopérative a réuni des représentants du monde politique et économique. En clôture des travaux, le président de Coop de France a interpellé le ministre de l'Agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite, Caroline Weber, Jean-Philippe Girard, Karine Berger et Jean-Marie Coat, journaliste, qui a animé les débats. © LOIRET AGRICOLE ET RURAL Le mercredi 18 décembre au Palais des Congrès, Porte Maillot, à Paris. © LOIRET AGRICOLE ET RURAL Philippe Mangin, président de Coop de France, à gauche, a accueilli Pierre Gattaz, président du Medef. © LOIRET AGRICOLE ET RURAL Pierre Gattaz, le président du Medef intervenait en qualité de grand témoin : « Nous avons 70 % des solutions aux problèmes de la France. » © LOIRET AGRICOLE ET RURAL Philippe Mangin, président de Coop de France : « Le CICE devient une arme anticoopérative ! » © LOIRET AGRICOLE ET RURAL Philippe Mangin, président de Coop de France : « Le vrai sujet, c'est le coût du travail, pas la fiscalité ! » © LOIRET AGRICOLE ET RURAL Philippe Mangin, président de Coop de France : « Le CICE devient une arme anticoopérative ! » © LOIRET AGRICOLE ET RURAL Stéphane Le Foll : « On a des efforts à faire. » © LOIRET AGRICOLE ET RURAL Stéphane Le Foll : « On a des efforts à faire. » © LOIRET AGRICOLE ET RURAL

Près de mille personnes ont assisté au débat Compétitivité et gouvernance coopérative qui avait lieu le mercredi 18 décembre Porte Maillot à Paris. Organisée par Coop de France, cette rencontre s'inscrivait dans le cadre du Congrès du mouvement coopératif agricole.

Les organisateurs avaient invité quatre débatteurs : Caroline Weber, directrice générale de Middlenext, association indépendante représentant les valeurs moyennes cotées en France, Jean-Philippe Girard, président de l'Association nationale des industries alimentaires (Ania) et président-directeur général d'Eurogerm, et Karine Berger, députée socialiste des Hautes-Alpes, membre de la commission des finances de l'Assemblée nationale.

La parlementaire fut la première à entrer dans le vif du sujet : « La compétitivité est un enjeu majeur pour l'agriculture française. Quel que soit le mode d'organisation, la taille critique constitue l'une des clés dans la capacité à exporter. En dessous de ce seuil, une entreprise reste fragile pour exporter : une entreprise qui souhaite passer de 10 à 50 % de son chiffre d'affaires à l'exportation risque quatre fois plus de faire faillite ! » D'où l'intérêt d'une solidité structurelle. Et selon Karine Berger, le modèle coopératif présenterait le double avantage de « garantir la liberté des producteurs » et « d'atteindre la taille critique ». « Problème, le droit européen de la concurrence se montre suspicieux vis-à-vis de ce système. »

Caroline Weber s'est voulue pince-sans-rire : « À la Bourse, on lève de l'argent qu'on ne rembourse pas ! Toutefois, ce mode de financement n'est pas adapté à toutes les entreprises. » Parmi celles qui se positionnent sur ce marché, il n'y a pas que les mastodontes du CAC 40 ! On trouve aussi des entités familiales. Or celles-ci auraient des points communs avec le modèle coopératif : « Une vision à long terme et une distribution des dividendes qui ne dépasse guère 20 % des bénéfices. »


Lire la suite dans la version papier de notre édition du vendredi 10 janvier 2014.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui