Loiret Agricole et Rural 30 avril 2014 à 09h39 | Par Agrafil

Biotechnologies - Stéphane Le Foll marque son opposition à la brevetabilité du vivant.

Stéphane Le Foll a réaffirmé le 29 avril l'attachement de la France au Certificat d'obtention végétale (COV), alors que Bruxelles n'entend pas remettre en cause la possibilité de brevet.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Inra

Stéphane Le Foll a réaffirmé le 29 avril l'attachement de la France au Certificat d'obtention végétale (COV), alors que Bruxelles n'entend pas remettre en cause la possibilité de brevet. Les gènes dits naturels ou « natifs » n'ont « pas à être privatisés », a déclaré le ministre de l'Agriculture lors d'un colloque du Haut Conseil des biotechnologies. Il a aussi plaidé pour une « information claire » des agriculteurs concernant l'existence éventuelle de brevet sur les semences utilisées. De son côté, la sénatrice Sophie Joissains a rappelé la volonté du parlement d'obtenir une modification de la directive 98/44/CE » du 6 juillet 1998 relative à la protection juridique des inventions biotechnologiques : « Il faut que le COV remplace le brevet sur le vivant ». Ce n'est toutefois pas l'intention de la Commission européenne, d'après son représentant François Arbault. Bruxelles s'est engagé à sortir un rapport, mais davantage pour « revisiter certains aspects » de la fameuse directive que pour la réviser entièrement.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui