Loiret Agricole et Rural 06 juillet 2017 à 11h00 | Par FDSEA 45

Baisse des charges de mécanisation : le canton d’Outarville se tourne vers le collaboratif

La plateforme de location de matériels entre agriculteurs « We Farm up », au cœur des échanges de la réunion cantonale des adhérents FDSEA 45 du canton d’Outarville.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FDSEA 45

A l’occasion d’une réunion cantonale hautement conviviale qui s’est suivie d’un repas, les adhérents du canton d’Outarville ont pu découvrir le Airbnb du matériel agricole : la plateforme We FarmUp. Une plateforme Internet qui permet de mutualiser et d’optimiser le matériel que vous détenez. Ambassadeur et agriculteur sur Guigneville, Alain Jamet est ainsi venu présenter la démarche à la quinzaine d’agriculteurs présents, ravis de se retrouver avant de démarrer les travaux de la moisson.

Un concept basé sur une économie collaborative

Vous cherchez à louer pour quelques jours une benne supplémentaire ? Vous hésitez à acheter un gyrobroyeur car vous avez peur de ne pas le rentabiliser ? Vous souhaitez tester un nouveau matériel avant de l’acheter ? Vous souhaitez découvrir un nouveau matériel de précision ? Votre semoir vient de tomber en panne ? Pas de panique !

Désormais en quelques clics vous pouvez trouver votre bonheur chez l’un des agriculteurs qui habitent à moins de 30 km de chez vous en allant sur le site wefarmup.com !

Un réseau également intéressant pour générer un revenu supplémentaire en louant son matériel et éviter ainsi qu’il dorme sous un hangar une majeure partie de l’année ! «J’ai une bineuse de 12 rangs que j’utilise finalement très peu et que je serai intéressé d’inscrire sur le site », confie ainsi un agriculteur présent. « De mon côté  je suis allé sur le site pour la première fois pour trouver un plateau supplémentaire à pommes de terre car je me suis dit que ça me coûterait moins cher d’en louer un plutôt que d’en acheter un nouveau», témoigne Eric Delorme, le président dynamique du canton d’Outarville, à l’origine de l’organisation de cette réunion de présentation.

Lancée depuis octobre 2015, cette démarche semble donc séduire de nombreux agriculteurs puisque on compte déjà 15 000 matériels qui sont actuellement en location sur le site, parmi lesquels : des pulvérisateurs, des herses rotatives, des semoirs, des bennes, des charrues, des tracteurs, des déchaumeurs, ainsi que de nombreux outils dédiés aux cultures spécifiques.

Derrière ce projet, se cache l’imagination de deux hommes. Laurent Bermède, agriculteur dans le Lot et Garonne et Jean-Paul Hébrard journaliste agricole et directeur de Tv Agri, qui après avoir loué une voiture sur un site d’économie collaborative pour le besoin d’un reportage, et au fil des discussions, ont imaginé retranscrire ce concept pour le monde agricole.

Une démarche sécurisée

Vous avez trouvé un matériel à louer sur WeFarmUp ?

En un clin d’œil vous pouvez via un calendrier en ligne voir si le matériel est disponible. Il vous suffit ensuite de le réserver aux dates souhaitées et de payer directement par carte bancaire (paiement sécurisé) le prix de la location.

Chaque location est ainsi assurée par Groupama et une caution est versée par le locataire au propriétaire. Le locataire va chercher le matériel chez le propriétaire et WeFarmUp s’occupe alors d’envoyer les contrats de locations, états des lieux et attestations d’assurance.

Vous souhaitez déposer une annonce pour louer l’un de vos matériels ?

Le dépôt d’annonce est gratuit ! La plateforme vous propose un prix de location automatique, mais vous pouvez également vous-même fixer votre propre prix de location. A vous alors de déposer une photo sur le site de votre engin (en veillant, pour des raisons de sécurité, à ne pas inclure votre plaque d’immatriculation ou un indice qui permettrait de localiser votre ferme).

Pour fixer le prix de la location, n’oubliez pas ainsi d’inclure les frais d’entretien. Et puis pas d’inquiétude, vous aurez bien évidemment la possibilité de refuser une demande de location. De plus, vous pouvez préciser dans l’annonce vos conditions de location en indiquant par exemple que vous ne souhaitez pas que l’appareil ne soit utilisé plus de 8 heures par jour ou que votre benne ne soit pas remplie d’engrais, etc.

Dans tous les cas, un état des lieux est réalisé au départ et au retour du matériel et l’utilisateur doit vous remettre un chèque de caution que le site conseille d’évaluer à hauteur de 3000 €.

Le site gère également la facturation. 85 % du montant généré par la location va dans votre poche, 15% de commission revenant au site.

Sur le même principe qu’Airbnb ou que blablacar, propriétaire et locataire sont notés, chacun pouvant déposer un petit commentaire sur la façon dont s’est déroulée la transaction.

Sur le canton d’Outarville, déjà une petite dizaine d’agriculteurs s’est inscrite. We Farm Up ne demande ainsi qu’à se développer dans le Loiret, alors si vous êtes séduits par cette démarche, osez franchir le pas !

Alain Jamet peut ainsi vous accompagner en vous aidant à inscrire votre matériel sur le site. N’hésitez pas à le solliciter via alain.jamet77@wanadoo.fr

Et peut-être que dans quelques années, les 500 000 fermes françaises seront toutes connectées et que, de clic en clic, plus aucun matériel ne croupira sous les hangars !

Depuis cette année, vous pouvez télécharger gratuitement l’application « Etat des lieux WeFarmUp» sur iOs et Androïd. Elle vous génère le contrat de location, réalise l’état des lieux et fait signer les utilisateurs en 3 clics !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui