Loiret Agricole et Rural 17 avril 2015 à 08h00 | Par OLIVIER JOLY

« Arrêtons les discours et passons aux actes ! »

Quelles perspectives pour le milieu rural à l'aune de la réforme territoriale ? L'Amoma posait la question lors d'une soirée débat qui avait lieu vendredi 10 avril à Châteauneuf-sur-Loire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Michel Masson, à droite, et les différents orateurs n'ont pas pratiqué la langue de bois ! (© Loiret agricole et rural) Xavier Beulin : « On peut agir vite. » © Loiret agricole et rural Les colonnes de l'Espace Florian étaient garnies de nombreux visiteurs et les travaux ont passionné l'auditoire ! © Loiret agricole et rural

« La réduction des dotations de l'État aux collectivités locales ? Je comprends que ce soit violent mais, lorsqu'on a deux mille milliards d'euros de dettes, il faut que chacun prenne ses responsabilités. » Président de la chambre d'agriculture, Michel Masson s'exprimait le vendredi 10 avril à Châteauneuf-sur-Loire, lors de la conférence-débat organisée par l'Amoma, Association des membres de l'Ordre du mérite agricole. Une soirée consacrée à la réforme territoriale. « En France, on a distribué beaucoup de subventions » a poursuivi l'orateur. Cette politique a conduit à surenchérir le coût des marchés publics et à réaliser des aménagements qui n'étaient pas forcément utiles... « Il faut revenir à l'économie vraie car le système actuel n'est pas tenable. Arrêtons les discours et passons aux actes : instaurons une bonne gestion ! Il faut être précautionneux de l'argent public. »

La planche de salut des territoires ruraux

Élu à la chambre d'agriculture et présent parmi l'assistance, Jean-Claude Prieur reprit ces propos à son compte : « La valeur ajoutée d'un pays réside dans ses secteurs primaire et secondaire, pas dans les services. Or l'industrie française est morte : tout repartira du secteur primaire. L'agriculture sera la planche de salut des territoires ruraux. » Réaction de Michel Masson : « Notre pays s'est éloigné de l'économie réelle. En distribuant la richesse avant de la créer, on vit à crédit. Du temps du chancelier Schröder, l'Allemagne a investi sur l'avenir et, aujourd'hui, on en voit les résultats. »

La réforme territoriale crée treize nouvelles régions ainsi que treize métropoles, dix en plus de Paris, Lyon et Marseille. La région Centre Val de Loire restant inchangée dans son périmètre, « on peut agir vite » a déclaré Xavier Beulin, président de la FNSEA et du Conseil économique, social et environnemental régional, qui cita l'exemple du contrat de plan État-Région. « Il faut favoriser un réseau de villes à travers des capitales départementales et des synergies de territoires. » L'orateur souleva la question de la décision politique et de son application : la Suisse l'a réglée à travers ses votations. Un système que « nous pourrions imaginer à l'échelle des territoires » a indiqué Xavier Beulin : « Cela permettrait le respect de la décision du plus grand nombre sur les projets de la cité. » Par exemple, le barrage de Sivens... « Il faut réhabiliter le politique mais, pour cela, il faut lui redonner sa légitimité » a conclu l'orateur.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui