Loiret Agricole et Rural 17 juin 2016 à 11h00 | Par Sodiaal Union

Approbation du rapprochement de Sodiaal Union avec la Coopérative Laitière de Haute-Normandie (CLHN)

Sodiaal poursuit sa transformation en profondeur pour défendre la valorisation du lait de ses adhérents.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Franck Mechekour

Les délégués de Sodiaal Union réunis ce jour en Assemblée générale ont validé l’ensemble des résolutions proposées au vote. En particulier, ils ont approuvé le rapprochement de Sodiaal Union avec la Coopérative Laitière de Haute-Normandie (CLHN). Les sociétaires de la CLHN avaient pour leur part approuvé ce rapprochement lors de leur Assemblée générale du 26 mai 2016.1 Damien Lacombe, Président de Sodiaal Union a déclaré : « Sodiaal a pleinement assumé son rôle de leader coopératif en 2015, en prenant résolument la défense de la valorisation du lait des producteurs français. Grâce à la solidité de notre coopérative fondée sur notre unité et notre diversité, nous avons pu délivrer un prix du lait très supérieur à l’environnement européen et verser une ristourne de 3,50€ par 1000 litres à nos producteurs (dont 2,50€ en numéraire). Face à l’extrême volatilité des marchés et à l’attitude irrationnelle de certains pays européens, nous travaillons activement à renforcer notre compétitivité et la proximité avec nos consommateurs pour capter davantage de valeur au profit de nos producteurs. Nous continuons aussi cette année à nous mobiliser sur tous les fronts au service d’un pôle coopératif français solide et solidaire, seul capable de répondre à l’hypervolatilité et d’assurer la pérennité de notre filière. » Frédéric Rostand, Directeur général, a ajouté : « En 2015, la diversification des métiers de Sodiaal a joué à plein son rôle d’amortisseur, permettant à notre groupe coopératif de poursuivre sa marche en avant au service de ses adhérents. Dans un contexte de crise laitière sans précédent, le groupe a tout mis en oeuvre pour préserver sa santé financière, réalisant un EBE consolidé de 118 millions d’euros contre 93 millions d’euros en 2014. En 2016, Sodiaal a lancé un plan d’économies préventif de 41 millions d’euros pour répondre à une situation durablement tendue, tout en préservant un plan d’investissements de 100 millions d’euros contribuant à déconnecter progressivement les activités du groupe de la volatilité des cours mondiaux en gagnant de nouvelles parts de marché à l’international. »

Un exercice de transformation en profondeur pour faire face à la crise

En 2015, le groupe Sodiaal a réalisé un chiffre d’affaires de 5 milliards d’euros dont 25% réalisés à l’international et près de 10% hors Union Européenne. Dans l’ensemble du secteur, l’exercice a été extrêmement impacté par les effets non maîtrisés de la fin des quotas et par la persistance de l’embargo russe. Bien que la France ait contenu sa propre collecte à un niveau raisonnable et malgré les appels de Sodiaal et d’autres acteurs à réagir, les effets ont été violents. Sodiaal a notamment subi une forte exposition d’Entremont au marché des fromages allemands dont les prix se sont établis, au second semestre, à un niveau inférieur à celui de 2009. La coopérative a également dû faire face à un coût de gestion élevé de ses excédents. Dans ce contexte, Sodiaal a pleinement joué son rôle de défenseur du prix du lait en soutenant les engagements de filière pris le 24 juillet 2015. Le prix AB moyen 2015 s’est ainsi établi à 303 € les 1000 litres (contre 363 euros les 1000 litres en 2014). Sodiaal a également posé les bases de la défense de l’origine France et de la sanctuarisation du marché français en accompagnant le lancement du logo « lait collecté et conditionné en France ». Le groupe a également tout mis en œuvre pour préserver sa santé financière et la diversification des métiers de Sodiaal a joué à plein son rôle d’amortisseur. Au bilan, l’EBE consolidé a progressé de 25 M€ à 118 M€. La solidité du bilan a été préservée et l’endettement maîtrisé à un niveau inférieur à celui de 2014 (soit 220 M€).

Des progrès de fond illustrés par le redressement d’Eurosérum, de Nutribio et de Candia

Quatre métiers du groupe sur cinq ont tenu bon en 2015 malgré la conjoncture particulièrement difficile :
• Production laitière : les grands équilibres ont été maîtrisés, et la gestion de l’équation laitière, toujours plus transversale, a permis de limiter le niveau de lait spot.
• Lait/crème/beurre : l’objectif de redressement de Candia, dans un marché de l’UHT en baisse, a été atteint. La fusion de Candia et Beuralia a été réalisée notamment pour permettre une gestion optimisée de l’équation matière grasse du groupe.
• Nutrition et ingrédients laitiers : après une année 2014 difficile, Eurosérum et Nutribio ont renoué avec la rentabilité.
• Ultra-frais et surgelés : les objectifs sur ce métier ont été atteints. Dans un contexte de marché baissier, les filiales de produits frais résistent sur le marché français, notamment Yoplait. A noter l’inauguration prometteuse de la première usine Yoplait dans la province de Shanghai en octobre 2015, prenant appui sur l’expertise marché chinois du partenaire de Sodiaal, General Mills.
• En revanche, le métier Fromages a été fortement impacté par la dégradation des marchés, Entremont ayant enregistré de fortes baisses de valorisation sur ses activités B to B/commodités exposées à la concurrence allemande dans le contexte de poursuite de l’embargo russe. Les difficultés sur ce segment ne doivent pas occulter les bonnes performances sur le marché GMS/coupe et celles des autres filiales fromagères du Groupe.

Perspectives 2016 : Sodiaal déterminée à défendre la valorisation du lait de ses adhérents

Dans une année 2016 à haut risque et tant que les marchés laitiers ne rebondissent pas, Sodiaal se mobilise sur tous les fronts pour défendre la valorisation du lait de ses sociétaires qui pâtissent de ce bas de cycle et de l’extrême volatilité des marchés.
• Les sociétaires ont approuvé le versement d’une ristourne de 3,50 €/1 000 litres pour les adhérents de Sodiaal Union, dont 2,50 €/1 000 litres en numéraire et 1 € capitalisé / 1000 litres
• Sodiaal continue de se battre pour la défense de la valorisation du lait sur le marché français. La coopérative a signé, depuis le début de l’année 2016, la charte de valeur laitière de la FNPL avec trois distributeurs (Carrefour, E.Leclerc et Lidl). Cette signature se traduit pour Sodiaal par un meilleur prix du lait consenti et des volumes sécurisés. Sodiaal sera très attentif à faire durer ces engagements dans le temps et poursuit aujourd’hui ses discussions avec d’autres acteurs de la GMS. • Des discussions ont également lieu avec la restauration hors foyer, un secteur où la valorisation du lait est faible. Dans ce secteur, une première charte a été signée avec La Pataterie.
• Sodiaal est également convaincue de l’utilité d’une interprofession forte et unie autour d’une vision partagée, au service de la valorisation du lait des producteurs français.
• Au niveau européen, Sodiaal pèse de toute son influence pour faire bouger les lignes et partager sa conviction qu’une Europe laitière sans aucun filet de sécurité ne peut fonctionner.

Sur le plan de l’activité, Sodiaal poursuivra en 2016 ses actions entamées en 2015 afin notamment de déconnecter progressivement ses activités de la volatilité des cours mondiaux, d’améliorer ses performances opérationnelles et de consolider sa santé financière.

Déconnecter ses activités de la volatilité des cours mondiaux

Pour protéger et développer en volume et en valeur ses produits de spécialités, Sodiaal renforce en particulier :
• Les AOP : Sodiaal produit et commercialise désormais 60 000 tonnes de fromage AOP. La coopérative propose à certains de ses producteurs AOP un prix spécifique qui s’applique aux volumes de lait transformés et protège des variations du cours du lait les producteurs engagés dans un cahier des charges spécifique.
• Le lait bio : Sodiaal ambitionne de devenir le premier producteur/ transformateur de lait bio en France en accompagnant les adhérents intéressés par un dispositif spécifique comprenant notamment une prime de conversion pendant les deux ans de transition, une garantie de collecte et le versement d’un prix du lait bio en adéquation avec le marché. L’objectif de Sodiaal est de valoriser 220 millions de litres de lait bio en collectant 100 millions de litres de lait bio supplémentaires d’ici à 2020.

Enfin, Sodiaal travaille à accroître son développement international sur des marchés et des produits à plus forte valeur ajoutée.
• Le groupe s’est doté d’une équipe renforcée et a récemment ouvert des bureaux à Shanghai, Singapour, Tokyo et Dakar.
• En outre, Candia, filiale de lait de consommation de Sodiaal, et le groupe chinois Synutra ont annoncé en avril la signature d’un contrat long terme de 10 ans renouvelable, portant sur la fourniture annuelle d’environ 450 millions de briques de lait 20 cl. Ce contrat permettra de valoriser chaque année 60 millions de litres de lait des producteurs de la coopérative Sodiaal. Ces produits seront commercialisés sous les marques du groupe Synutra destinées au marché chinois.
• Au premier semestre 2016, Sodiaal a vu les effets du premier partenariat signé avec le groupe chinois Synutra, dont l’usine de séchage de lait à Carhaix (Finistère) a été mise en exploitation, ce qui permettra désormais de de valoriser 288 millions de litres de lait français par an et 24 000 tonnes de concentré de lactosérum déminéralisé.

Ces développements commerciaux s’appuient notamment sur La Route du Lait, la démarche développement durable dans laquelle sont engagés 100% des producteurs Sodiaal. Ce label est un point fort de la coopérative auprès de ses clients internationaux pour lesquels La Route Du Lait représente une garantie de qualité, de sécurité et de respect de l’environnement.

Améliorer ses performances opérationnelles

Sodiaal poursuit en 2016 le travail de fond sur ses performances opérationnelles en pilotant son équation laitière et en assurant l’amélioration continue de ses indicateurs de sécurité et de qualité. En outre, le groupe confirme la poursuite de son plan d’investissements de 100 M€ en 2016 dans les performances industrielles, dont la moitié sera destiné à des investissements de mise en conformité. Sodiaal travaille également en permanence à améliorer ses charges de structure et ses coûts variables. Le groupe a annoncé en février la mise en place immédiate d’un plan d’économies préventif de 41 millions d’euros destiné à sécuriser une année 2016 à haut risque.

Dans un contexte où la visibilité est des plus limitées du fait de l’effondrement des cours, de 5 la poursuite d’une collecte très élevée par certains pays d’Europe du Nord et des effets persistants de l’embargo russe prolongé jusqu’en 2017, Sodiaal perçoit quelques signes positifs mais reste extrêmement vigilant et se doit d’être prudent quant à ses perspectives annuelles.

Le groupe Sodiaal confirme néanmoins sa marche en avant et sa volonté de poursuivre sa transformation en profondeur sur le chemin de la croissance rentable, afin de renforcer sa solidité au service de la valorisation du lait de ses sociétaires sur l’ensemble du territoire.

Approbation du rapprochement de Sodiaal et CLHN

Les sociétaires de Sodiaal Union et de la Coopérative Laitière de Haute-Normandie (CLHN), réunis en assemblées générales respectivement ce jour et le 26 mai 2016, ont approuvé le rapprochement de leurs coopératives annoncé en février 2015.

En février 2014, la CLHN (475 producteurs, 240 millions de litres de lait collectés en Haute- Normandie, en Picardie et Ile de France) avait engagé avec Sodiaal un partenariat industriel et commercial qui a permis à la CLHN de s’appuyer sur le savoir-faire des équipes de Sodiaal pour réaliser et exploiter une nouvelle unité de transformation du lait dédiée à la microfiltration. Cette nouvelle unité de microfiltration, inaugurée en 2015 à Maromme, traite annuellement 100 millions de litres de lait, offrant ainsi de nouveaux débouchés à valeur ajoutée pour une partie du lait collecté auprès des producteurs de la CLHN. Ce lait microfiltré permet en effet d’obtenir du perméat - liquide résultant de la microfiltration exploité pour la production de lait infantile - et du rétentat, partie plus riche en protéine qui est notamment utilisée dans la production du fromage et permet ainsi d’approvisionner Euroserum et Entremont.

Le rapprochement engagé entre la CLHN et Sodiaal permettra ainsi de répondre aux besoins dans cette zone de collecte située à mi-chemin entre le Port du Havre et le bassin parisien, en parfaite complémentarité avec les zones de collecte de Sodiaal dans la région Nord. Il permettra également de fournir CF&R en lait normand, assurant ainsi aux producteurs de la région des débouchés pérennes et une visibilité de long terme, tout en consolidant l’activité et l’emploi à Maromme et dans ses environs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous