Loiret Agricole et Rural 25 février 2014 à 08h00 | Par Olivier JOLY

Agroalimentaire - Un chiffre d'affaires de 4,5 milliards d'euros pour l'industrie agroalimentaire régionale

L'Ariac a tenu son assemblée générale. Les acteurs régionaux de l'agroalimentaire veulent conquérir de nouveaux marchés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Manuel Machado, président de l'Ariac.
Manuel Machado, président de l'Ariac. - © Loiret agricole et rural

Quatre cents entreprises, un chiffre d'affaires de 4,5 milliards d'euros et 12.000 salariés : c'est le poids de l'industrie agroalimentaire régionale. Comptant quatre-vingt-cinq adhérents représentant huit mille emplois, l'Association régionale des Industries alimentaires du Centre (Ariac) tenait son assemblée générale le jeudi 20 février à Orléans.

« La région Centre occupe le deuxième rang national pour la production agricole mais le dixième concernant la transformation » analysa Manuel Machado, directeur d'Antartic et président de l'Ariac. « Nous sommes une région de passage : il y a bien des sucreries pour les betteraves mais les céréales ont une tradition d'exportations. Et il y a peu de transformation locale du lait. »

Quid de la conjoncture ? Manuel Machado fit état d'une situation « difficile » pour la viande : en 2013, au niveau national, la consommation de boeuf a baissé de 5 %. « S'y est ajoutée la hausse du coût des matières premières. Or celle-ci n'a pas été répercutée. » Toutefois, le regard régional du dirigeant se voulut plus nuancé : « Nous disposons d'une industrie agroalimentaire diversifiée et celle-ci compte des fleurons. Même si elles connaissent des difficultés, ces entreprises restent compétitives : les investissements se maintiennent. »

De 10 à 15 % du chiffre d'affaires

Parmi les échéances qui se profilent, citons la nouvelle PAC et la fin des quotas pour le lait et le sucre, respectivement en 2015 et 2017. « Nous allons vers un système moins régulé » déclara le président de l'Ariac. « L'industrie agroalimentaire dépend de l'agriculture. Or je ne suis pas certain que tout le monde soit prêt. Le sucre l'est. »

« Il existe des pays qui ont industrialisé leur production agricole : il faut moderniser la nôtre afin de réduire les coûts de production. » Manuel Machado ne cacha pas les enjeux : « Est-ce que demain on veut encore avoir une production agricole en France ? Mais être lucide sur les difficultés n'empêche pas d'avancer ! »

Selon le président de l'association, « il faut chercher de nouveaux marchés ». Les exportations ne représentent que 10 à 15 % du chiffre d'affaires de l'industrie agroalimentaire régionale. « Il existe des entreprises conséquentes qui n'exportant pas ! » Pour combler cette lacune, en 2013, l'Ariac a lancé un club export. Douze entreprises en font partie. Des PME essentiellement. Des entités pour lesquelles prospecter au-delà des frontières suscite quelques craintes. Le club export vise à mettre en relation les uns avec les autres, à échanger sur de bonnes pratiques et à terme, pourquoi pas, à prospecter ensemble.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui