Loiret Agricole et Rural 15 juin 2018 à 12h00 | Par Sabrina Beaudoin

75 000 tonnes d’aliments commercialisés par an !

Soreal nutrition animale a ouvert les portes de son usine de fabrication, mercredi 6 juin à Joigny (Yonne).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Sabrina Beaudoin

A l’occasion des portes ouvertes de l’usine, Soreal nutrition animale a ouvert, au public, les portes de son usine de fabrication d’aliments pour animaux, mercredi 6 juin, à Joigny.
L’usine bourguignonne reçoit près de 75 000 T de matières premières, soit 300 T par jour. Il y a entre 10 et 12 camions qui viennent décharger des produits quotidiennement. À la réception, deux personnes sont en charge de la gestion des contrats, réception et contrôle des camions. « Tous les camions se placent sur le pont bascule et un premier échantillon est réalisé » présente Johan Marcon, directeur du site de Joigny. « Nous avons deux fosses de réception, une pour les matières premières OGM et l’autre pour les non OGM. » poursuit-il. Une fois la cargaison déchargée, la fosse est vidée et un système d’aspiration vient aspirer les poussières.
Le blé représente 34 % de l’approvisionnement soit 17 000 T par an. Ce blé provient à 60 % de l’Yonne. Seul 2 % des blés proviennent du Loiret. « 65 % de nos matières premières proviennent d’un rayon de moins de 150 kilomètres autour de l’usine. Nos principaux clients sont basés dans l’Yonne, la Côte d’Or, le Loiret pour les vaches laitières et la Nièvre et l’Allier pour les vaches allaitantes » admet-il. Notons que le Groupe Soreal, soit 3 usines, consomme près de 60 000 T de graines de colza par an.
« Le point fort de l’usine c’est sa capacité de stockage. A l’extérieur, il y a 16 cellules de 250 T. Avec les cellules à l’intérieur de l’usine, cela permet d’avoir 30 matières premières différentes » indique le directeur du site. Au total, il y a 32 cellules dans l’usine.
Le cheminement de l’usine est simple. La matière première est réceptionnée. Ensuite dans la salle de contrôle, le processus de fabrication se met en marche. Il faut donc doser et peser les éléments qui passeront dans un broyeur. Cette farine sera chauffée pour se transformer en granulés.
L’usine travaille en 3x7, 7 personnes sont dédiées à la fabrication, 2 à la maintenance. Soreal nutrition animale à Joigny traite un peu plus de 900 formules avec un potentiel de fabrication entre 350 et 400 T par jour. « Nous avons une tendance qui se dessine à l’heure actuelle où chaque éleveur souhaite avoir sa propre formule » avoue-t-il en précisant que financièrement, c’est une tendance coûteuse…

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Loiret agricole & rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui